Les centristes disent non au droit de vote des étrangers

le
2
Le parti de Jean-Louis Borloo ne veut pas servir de force d'appoint au gouvernement.

Les vingt-neuf députés du groupe de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) de Jean-Louis Borloo sont très majoritairement hostiles au droit de vote des étrangers aux élections locales. Ils ne serviront donc pas de force d'appoint au gouvernement pour obtenir la majorité des trois cinquièmes au Congrès du Parlement pour faire adopter cette mesure emblématique promise par la gauche depuis... 1981.

Invité mercredi de l'Association des journalistes parlementaires, le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a précisé qu'il manquait 31 voix au gouvernement pour faire adopter ce texte. Manifestement, cet apport ne viendra pas du centre.

Jean-Louis Borloo a déjà demandé au gouvernement de renoncer au droit de vote des étrangers, alors qu'il s'y était dit «plutôt favorable» quand il était ministre de la Ville, en 2002. «Ce n'est pas un problème...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le mercredi 12 déc 2012 à 19:59

    les prochaines c'est les municipales...

  • LeRaleur le mercredi 12 déc 2012 à 19:52

    Tout député de droite qui votera favorablement en subira les conséquences aux prochaines élections.