Les centrales thermiques plombent les perspectives d'Alstom

le
0
BAISSE DU CA ET DES COMMANDES D'ALSTOM SUR NEUF MOIS
BAISSE DU CA ET DES COMMANDES D'ALSTOM SUR NEUF MOIS

par Benjamin Mallet et Natalie Huet

PARIS (Reuters) - Alstom a abaissé mardi ses prévisions de marge et de trésorerie en raison de la faiblesse persistante du marché des nouvelles centrales thermiques, qui a plombé ses ventes et ses prises de commandes sur neuf mois.

Le spécialiste des infrastructures électriques et ferroviaires a prévenu que sa marge opérationnelle, prévue "autour de 7%" sur l'ensemble de son exercice 2013-2014 (contre 7,2% en 2012-2013), devrait "s'établir en léger retrait" en 2014-2015.

Auparavant, le groupe estimait que sa marge devrait être stable cette année et s'améliorer ensuite pour atteindre environ 8% "dans les deux à trois ans suivants", soit à l'issue des exercices clos en mars 2016 ou 2017.

Alstom, qui voit également les avances de ses clients diminuer en raison d'une baisse des grands contrats "clé en mains", estime en outre que son flux de trésorerie disponible (cash-flow libre) devrait être "légèrement négatif" sur le second semestre, après -511 millions d'euros au premier, en raison du décalage de certaines commandes attendues.

Il prévoyait précédemment que cet indicateur, qui traduit la trésorerie générée ou utilisée par l'exploitation, resterait positif pour 2013-2014 et chacun des deux exercices suivants.

Ces annonces font plonger le titre Alstom à la Bourse de Paris. Il perd 11,73% à 24,50 euros à 11h30 et entraîne dans sa chute Bouygues (-5,2% à 29,40 euros), groupe qui détient 29% du capital d'Alstom. Les deux titres accusent ainsi les plus fortes baisses de l'indice CAC 40, en progression de 0,32%.

"Le marché ne devrait pas goûter la révision à la baisse de la prévision de (cash-flow libre), alors que le groupe (Alstom) cherche à récupérer de l'argent frais par des cessions d'actifs. L'horizon bouché dans les centrales thermiques induit une incertitude fâcheuse", commentent les analystes d'Aurel BGC dans une note.

INTERROGATIONS SUR LE DIVIDENDE

Le PDG d'Alstom, Patrick Kron, a déclaré lors d'une conférence téléphonique que le groupe faisait l'hypothèse d'un retour à un flux de trésorerie disponible en 2014-2015 mais ne voulait pas, pour des questions de "crédibilité", en faire une prévision formelle.

Pour faire face à la dégradation de son environnement, Alstom a dévoilé en novembre son intention de vendre une participation minoritaire dans son pôle Transport et de supprimer dans un premier temps 1.300 postes pour accélérer ses économies, surtout en Europe.

"L'écart (...) dans la prévision de cash-flow amène à se demander si le groupe doit désormais céder une plus grande part de son pôle Transport pour récupérer du cash", souligne Daniel Cunliffe, analyste chez Nomura.

"Je m'interroge sur leur politique de dividende, ils doivent le réduire à zéro ", ajoute-t-il.

Patrick Kron, renvoyant la question à une décision du conseil d'administration d'Alstom, a d'ailleurs admis que les annonces du groupe ne constituaient pas "une base favorable pour une décision positive sur le dividende".

Dans le Transport, le groupe souligne que ses prises de commandes ont atteint un niveau record de 2.570 millions d'euros au troisième trimestre, soit le meilleur trimestre des cinq dernières années du pôle en termes d'activité commerciale, même si les nouveaux contrats reculent de 13% sur neuf mois.

Sur ces neuf mois, à fin décembre, le chiffre d'affaires total a atteint 14,53 milliards d'euros (-1% en données publiées, +3% en organique) et ses prises de commandes 15,05 milliards (-12%), avec une baisse de 16% dans les équipements pour centrales thermiques.

Alstom avait déjà dû abaisser ses prévisions de marge en mai dernier en raison de conditions économiques "dégradées" et d'un environnement concurrentiel "difficile".

La dette du groupe, qui avait écarté en novembre l'éventualité d'une augmentation de capital, atteignait 3.294 millions d'euros au 30 septembre 2013, contre 2.871 millions un an plus tôt.

"Nous n'avons pas l'intention de renégocier des covenants, ni besoin de renégocier", a déclaré mardi Patrick Kron.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant