Les casseurs de la sous-préfecture de Morlaix au tribunal

le
0
Des salariés de Tilly-Sabco mais aussi des « bonnets rouges » viendront soutenir les trois hommes à Brest.

Rennes

Peines d'emprisonnement avec sursis, amendes, dommages et intérêts. C'est vraisemblablement ce que requerra le procureur de la République pour la destruction de la grille de la sous-préfecture de Morlaix le 4 novembre dernier. De fait, le salarié, l'éleveur de volailles et l'entrepreneur du secteur avicole qui comparaissent ce lundi matin devant le tribunal correctionnel de Brest reconnaissent leur responsabilité. En théorie, le Code pénal prévoit cinq années d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende pour la destruction de biens destinés à l'utilité publique. Christian Bergot, avocat des trois prévenus, politise le débat: «L'audience a lieu deux mois après les faits. C'est extrêmement rapide. Le gouvernement veut faire un exemple car il craint le risque de contamination des bonnets rouges.» Et d'ajouter: «Sur le fond, j'expliquerai ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant