Les casinos engrangent leurs derniers francs

le
0
Dix ans après l'arrivée de l'euro, le franc vit ses derniers jours. Des commerçants ont su jouer de cette opération marketing.

Plus que trois jours et les francs seront définitivement rayés de la circulation monétaire. Après le 17 février, les «Debussy» de 20 francs, les «Saint-Exupéry» de 50, les «Cézanne» de 100, les «Gustave Eiffel» de 200 et les «Pierre et Marie Curie» de 500 ne seront plus bons qu'à faire des cocottes en papier. Ces coupures, qui étaient en vigueur lors du passage du franc à l'euro, sont les seules à pouvoir encore être troquées. Les pièces et les très vieux billets ne sont plus échangeables depuis longtemps.

Des francs sous l'édredon d'un aïeul

Chargé en symbole, ce dernier acte a suscité en France de nombreuses opérations de collecte, de grands groupes mais aussi de petits commerçants, dans l'espoir de délier les bourses et affoler l'acte d'achat avant la date butoir. Il faut dire que les francs encore éparpillés représentent une véritable manne financière: 3,9 milliards de francs étaient encore en circulation fin 2010, via 50 millions de billets, soit 602 millions d'euros.

Pour autant, la Banque de France ne s'attend pas à voir rentrer une telle somme dans les prochains jours. «Il ne s'agit pas d'un trésor que les Français auraient sous la main, attendant le dernier instant pour le convertir, explique-t-on à la Banque de France. Tous les jours, nous recevons des appels de gens qui viennent de retrouver fortuitement des francs». En vidant une vieille maison, en découvrant les économies d'un aïeul sous l'édredon… «Il y a aussi très certainement un bon nombre de francs à l'étranger, et qui y resteront», prédit la Banque de France qui n'imagine pas les expatriés payer un billet d'avion pour changer quelques vieux billets.

35 casinos et quinze hôtels de luxe

Le groupe Barrière se félicite, lui aussi, d'avoir surfé sur le compte à rebours de l'extinction des francs. Depuis le 18 janvier, jusqu'à dimanche dernier, dans ses 35 casinos et sa quinzaine d'hôtels de luxe, le groupe acceptait le règlement des chambres ou des jetons de jeu par les anciens billets. Résultat: plus de 100.000 francs empochés, soit environ 15.000 euros en un mois. «Nous avons mis cette opération sur pied car Barrière fête ses 100 ans en 2012, commente une porte-parole du groupe. C'était un joli clin d'œil à faire au franc, un hommage à rendre à une monnaie qui nous a accompagnés durant la quasi-totalité de notre centenaire».

En attendant, la toute fin du franc a été pour d'aucuns l'occasion d'opérations marketing. Jean-Pierre, propriétaire d'une boutique de vêtements en Bourgogne, a ainsi fait coup double en proposant au chaland de venir «faire les soldes en francs».

Faire des affaires tout en débarrassant ses fonds de tiroirs de la vieille monnaie, malin. Tellement malin que le succès a été immédiat. Les «shoppeurs» ont afflué, et permis au commerçant de récolter l'honnête somme de 15.000 francs en quelques semaines.

LIRE AUSSI: 

» Quels billets conserver? Les conseils des numismates 

» Il pleut des billets de francs dans un village alsacien

» Le billet en francs vit ses derniers jours

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant