Les cas de retraite anticipée

le , mis à jour le
0

Il existe trois situations dans lesquelles un travailleur peut prétendre à un départ anticipé en retraite. À noter que les règles de ce départ ont été assouplies : peut-être êtes-vous concerné.

Comprendre la retraite anticipée
Comprendre la retraite anticipée

Le départ pour carrière longue

Le départ au titre de la carrière longue est certainement la plus fréquente. Son principe est simple : vous pouvez y prétendre si vous avez commencé à travailler suffisamment tôt. Ainsi, les règles sont énoncées ainsi :

  • - Il faut avoir commencé à travailler à 16, 17 ou 20 ans. La date de naissance dépend en fait des trimestres cotisés ;
  • - Remplir ainsi une condition de durée de cotisation.

Il faut alors se reporter au nombre de trimestres : il faut en avoir validé au moins 5 avant la fin de l'année civile de 16, 17 ou 20 ans. Par exemple, un salarié né en 1956 et qui aura commencé à travailler avant 16 ans pourra partir en retraite s'il dispose à 56 ans de 173 trimestres cotisés, ou à 58 ans s'il en a 169.
Pour les personnes nées avant 1960, l'âge peut être consulté au cas par cas. Pour les personnes nées après 1960, un départ anticipé en retraite peut être réalisé à 58 ans si au moins 8 trimestres de plus que la durée requise ont été cotisés. Ou bien à 60 ans, si vous avez commencé à travailler avant 20 ans. Mais il ne vous faut alors plus que la durée d'assurance requise.
Des particuliers peuvent être pris en compte dans le calcul : jusqu'à 4 trimestres de service militaire, 4 de congé maladie, 2 d'invalidité, etc.
Enfin, il faut savoir que ce régime s'applique à la plupart des professions, mais pas à quelques-unes. C'est particulièrement vrai pour les professions libérales.

Le départ au titre du handicap

Depuis la loi de 2003, le dispositif élargi en 2010 concerne le départ en retraite des travailleurs handicapés. Ceux-ci disposent d'un nombre réduit de trimestres nécessaires à leur départ, par rapport au reste de leur génération. Pour un homme de 55 ans, il faut 40 trimestres de moins pour la durée d'assurance, et 60 pour la durée cotisée.

Le départ pour pénibilité

La prise en compte de la pénibilité dans le calcul des retraites est en vigueur depuis le 1er janvier 2015. C'est donc un facteur récent, susceptible d'évoluer. 10 facteurs de risque ont été reconnus :

  • - Travail en milieu hyperbare ;
  • - Le port de charges lourdes ;
  • - Des postures susceptibles d'entraîner des problèmes de santé ;
  • - Les vibrations mécaniques ;
  • - Les agents chimiques dangereux (la poussière et la fumée peuvent être incluses) ;
  • - Les températures extrêmes ;
  • - Le bruit ;
  • - Le travail de nuit ;
  • - Le travail en équipes alternantes (doit être au moins partiellement un travail de nuit) ;
  • - Le travail répétitif.

Attention, car la mise en place de la mesure est progressive : tous ces facteurs ne sont pas pris en compte dans le calcul de la retraite.
Dans ce troisième cas, le salarié bénéficie de points supplémentaires pris en compte dans le calcul.

Trucs et astuces

Que ce soit en cas de départ anticipé ou non, il viendra un moment où l'on vous demandera de justifier votre passé professionnel. Mais pour un départ anticipé, vous aurez aussi des pièces supplémentaires à fournir, justifiant de votre handicap ou des tâches pénibles dont vous avez dû vous acquittez. Gardez précieusement toutes ces pièces !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant