Les cartes prépayées devront être mieux surveillées

le
0

Utilisées pour préparer les attentats du 13 novembre, ces cartes Visa ou MasterCard se rechargent à distance, via une autre carte ou un compte bancaire, ou même à partir d'argent liquide déposé dans un bureau de change par exemple. Une solution pour faire transiter de l'argent sans se faire remarquer.

Les cartes bancaires prépayées sont dans le collimateur de Bercy et de Tracfin. En apparence, ces cartes Visa et MasterCard sont pourtant inoffensives. Elles sont même utilisées par les parents pour doter leurs enfants mineurs d'un moyen de paiement pratique, par exemple lorsqu'ils partent à l'étranger en stage linguistique et qu'il est difficile de leur remettre suffisamment d'argent liquide. Mais elles ont aussi aidé les terroristes à payer notamment des chambres d'hôtel.

Comme n'importe quelles cartes de paiement, elles permettent en effet de régler des achats dans les magasins. Mais elles ne sont pas systématiquement rattachées à un compte bancaire. Beaucoup d'entre elles sont simplement adossées à un compte «carte», sur lequel n'importe qui peut verser de l'argent, par virement depuis un compte bancaire, depuis une autre carte de paiement, ou même, pour certaines, à partir d'argent liquide déposé dans un bureau de change.

Complètement anonymes

Une fois créditées, ces cartes pourront être utilisées pour régler des dépenses jusqu'à épuisement des fonds, et être à nouveau rechargées autant que de besoin. Les terroristes ont bien vu l'intérêt. Celui qui paie avec elles n'est pas nécessairement celui qui fournit l'argent, et peut même n'avoir aucun compte bancaire. Son anonymat est préservé.

Elles peuvent ainsi passer de main en main sans que personne ne sache qui l'utilise réellement. Denier atout, internationales, elles franchissent incognito les frontières. Même si, au-delà de certains montants, il n'est plus possible de les utiliser ou de les créditer sans révéler son identité, il est aisé de se jouer de ses garde fous: rien, n'interdit de détenir plusieurs cartes prépayées, et d'en alimenter autant qu'on le souhaite.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant