Les Canadiens scandalisés par les largesses québécoises

le
0
INFOGRAPHIE - Depuis le début de la «révolution érable» au Québec, les médias anglophones répercutent l'incrédulité et l'indignation du reste du pays.

Le grand fossé qui, depuis des lustres, sépare les 7,7 millions de Québécois du reste du Canada, à majorité anglophone, semble ces dernières semaines redevenu insurmontable.

Depuis le début de la «révolution érable», les médias anglophones répercutent l'incrédulité et l'indignation du reste du pays. Non sans excès, et parfois mauvaise foi. Cette révolte étudiante, dénonce Gary Mason, éditorialiste du quotidien de Toronto (Ontario) Globe and Mail , est un pur «caprice d'enfants gâtés», qui ne se rendent pas compte que les frais d'inscription universitaires au Québec sont déjà «ridiculement bas» par rapport au reste du pays. Sa collègue Margaret Wente fustige les Québécois, ces «Grecs du Canada», en référence au pays qui rejette les mesures d'austérité imposées par l'Europe. Excédée par les débordements, Wente résume ainsi la «mentalité» des étudiants en grève: «L'État nous doit tout et si nous ne l'obtenons pas, nous allons provoquer

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant