Les campeurs s'invitent chez l'habitant

le
4
Un jeune entrepreneur invente le «gamping», un concept qui permet aux propriétaires de jardins de louer leur terrain à des campeurs.

Surfant sur le succès de l'économie collaborative (Airbnb, Costockage), forme de consommation fondée sur le partage des ressources entre particuliers, Joseph Léopold, jeune entrepreneur de 24 ans a lancé le site Gamping.com. Le «gamping», contraction de «garden» et «camping», met en relation des particuliers disposant d'un jardin et des campeurs à la recherche d'un terrain. «Je souhaite offrir une alternative d'hébergement économique pour les évènements et les périodes de forte affluence et ainsi donner la possibilité aux clients de camper sans les inconvénients des campings classiques», explique Joseph Léopold. Alors que le secteur du camping souffre de la crise, cette start-up veut proposer «des vacances moins coûteuses» et «augmenter la liberté des campeurs en proposant plus de lieux et tous types de terrains».

Ce concept novateur a vu le jour après une mésaventure arrivée au jeune entrepreneur lors d'un voyage: «Je rentrais d'un 'road trip' en Italie et j'avais oublié les clés de la maison de mes grands-parents où je vivais. J'ai donc décidé de planter ma tente dans le jardin. J'ai tout de suite pensé que beaucoup de personnes pourraient être intéressées par ce concept», raconte-t-il. Légalement, chacun peut accueillir sur son terrain jusqu'à vingt campeurs ou six véhicules et facturer ce service.

Concurrence déloyale?

Sur le site Gamping.com, mis en ligne depuis avril dernier, les propriétaires présentent leur jardin avec des photos et détaillent les prestations proposées (eau, éléctricité, piscine, cuisine...). Le tarif est défini par les hôtes. «Le prix oscille entre 1¤ et 25 ¤ par nuit et par personne. Le paiement se fait selon un accord de gré à gré entre les deux parties», détaille le jeune entrepreneur. Joseph Léopold, qui a investi entre 4000 et 5000 euros dans sa start-up, souhaite dès l'année prochaine développer un système de paiement en ligne avec une assurance, pour permettre à sa start-up de toucher une commission. «Cela permettrait de garantir la sécurité des lieux proposés», ajoute Joseph Léopold.

La Fédération française de camping et de caravaning (FFCC) voit d'un mauvais oeil l'arrivée de cette concurrence: «La sécurité de ces terrains n'est nullement assurée. Ce site propose les mêmes prix que les campings professionnels. Les clients sont donc en droit d'attendre les prestations offertes par un camping classique, ce qu'ils n'auront pas», déclare Céline Cochelin, responsable communication de l'organisme. «Certes l'aspect légal n'entre pas en jeu, mais ce concept pénalise les vrais terrains de campings qui ont fait beaucoup d'efforts pour s'adapter aux nouvelles lois de 2010 et qui subissent de nombreux contrôles. Chez les hôtes particuliers, les campeurs ne sont pas à l'abri de litiges», ajoute-t-elle.

Le site Gamping.com répertorie déja près de cinquante terrains dans sept pays (France, Portugal, Italie, Brésil, Mexique, Kenya et Canada).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le lundi 1 juil 2013 à 11:56

    Mais bien sûr !

  • jerepond le lundi 1 juil 2013 à 11:28

    @heimdal : puisque la transaction est officielle les revenus seront déclarés...

  • heimdal le dimanche 30 juin 2013 à 23:18

    sauf que ce sont des revenus non déclarés donc pas ce n'est pas légal .

  • klein44 le dimanche 30 juin 2013 à 11:50

    drole d invention - depuis des années les propriétaire laisse de la place au camping-cariste avec eau et electricité - on nous prend une fois de plus pour des bouffons