Les calissons d'Aix menacés par un industriel chinois

le , mis à jour le
39

Selon La Tribune, un industriel de la région de Shanghaï a déposé en juin une marque "Les Calissons d'Aix" auprès du bureau de la propriété intellectuelle chinois. Cela au grand dam de la dizaine d'artisans français.

Des employées contrôlent la qualité des calissons avant leur conditionnement le 14 décembre 2005 à Aix-en-Provence (photo d'illustration). ( AFP / BORIS HORVAT )
Des employées contrôlent la qualité des calissons avant leur conditionnement le 14 décembre 2005 à Aix-en-Provence (photo d'illustration). ( AFP / BORIS HORVAT )

Le dépôt de la marque asiatique tombe d'autant plus mal que l'Union des Fabricants de Calissons d'Aix (UFCA) tente actuellement d'obtenir une Indication géographique protégée (IGP), label européen reconnu à l'étranger. Le produit est protégé depuis 1991 par une marque collective au nom de l'UFCA mais cette marque, déposée en France, ne suffit pas à le protéger de potentiels concurrents étrangers. Comme de nombreux produits régionaux, le calisson ne bénéficie d'aucune protection sur son appellation : on trouve donc déjà des "calissons d'Aix" fabriqués à Montélimar ou ailleurs en Europe.

L'IGP PAS EFFECTIVE AVANT 2018

Pour obtenir une IGP, les calissonniers doivent dans un premier temps établir un cahier des charges précis. Une démarche en cours depuis... 14 ans. En 2002, les producteurs n'avaient pas souhaité qu'un mode de fabrication unique leur soit imposé, souhaitant chacun conserver leur touche personnelle.

En 2015, ils ont finalement fini par se mettre d'accord sur un cahier des charges encadrant la fabrication des confiseries : taille, forme, provenance des ingrédients, quantités... L'IGP est en cours de dépôt et devrait être effective en 2018. Un calisson traditionnel sera donc composé d'un tiers d'amandes, d'un tiers de fruits confits (avec 80% de melon au minimum) et d'un tiers de sucre. L'utilisation de poudre d'amandes est formellement interdite et les melons doivent impérativement être cultivés en Provence.

Le temps nécessaire à la validation du dossier semble long au regard des enjeux. Mais pour Laure Pierrisnard, directrice de la Confiserie du Roy René et présidente de l'UFCA, la bataille n'est pas encore perdue : "Nous avons déposé un dossier d'opposition auprès de l'office chinois des marques qui peut bloquer le dépôt car Calisson n'est pas une marque, c'est une appellation", a-t-elle confié à BFM Business. La démarche sera-t-elle suffisante ? Beaucoup en doutent, selon la chaîne d'information.

L'obtention de ce label semble nécessaire quand on sait que de nombreux produits régionaux sont régulièrement soumis à des tentatives de contrefaçons : on se souvient par exemple des vraies fausses herbes de Provence cultivées en Pologne ou le "Savon de Marseille" fabriqué en Chine à base de graisse animale et non à base d'huiles végétales.

"PAS IRRÉGULIER" SELON L'INVESTISSEUR CHINOIS

"Chaque pays possède ses lois propres (...) Personnellement, je suis un commerçant qui fait des affaires dans les règles", s'est défendu M. Ye lors d'un entretien téléphonique. "Nous ne recourons pas à cette marque déposée pour commettre des irrégularités, nous n'en avons pas l'intention", s'est-il agacé, sans livrer de détails. "La Chine est un pays où le premier qui dépose une marque se voit octroyer une protection", explique-t-on à la Chambre de commerce de l'Union européenne à Pékin. Le propriétaire d'une marque est cependant obligé de l'utiliser commercialement dans les trois ans, sous peine de la voir annulée.

De son côté, l'UFC y voit également une bonne nouvelle : "Il y a un marché en Chine et ça, c'est signal positif", explique Laure Pierrisnard. "Nous avons confiance dans nos produits, les Chinois sont des gourmets et ils feront la différence entre l'original et la copie. L'entreprise "Les calissons du Roy René" réalise actuellement 9% de son chiffre d'affaire grâce aux exportations et vise les 20% d'ici 2020.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dbourge4 il y a une semaine

    Ce qui est lamentable est la lenteur administrative pour ^protéger une marque en France.L'autre point est d'arrêter d'être naïf et ne pas laisser les chinois rentrer dans les centres de fabrication pour prendre des photos sous tous les angles et en plus avec la notice de fabrication

  • M1945416 il y a 3 semaines

    M942 ok mais utiliser ses pied si on est a 20 km du travail ,dans un bled sans transport , avec des horaires à la co n .. et puis il y a pas marquer forcément d'ou vient le produit, par ex , la sauce tomate , beaucoup d'importation de coulis de chine, conditionné en Europe , voir France et CE ou France marqué dessus , alors bon … je vous dit pas la qualité chinoises des coulis …

  • dotcom1 il y a 3 semaines

    Pourquoi les Chinois ne feraient-ils pas de bons calissons?

  • M9425023 il y a 3 semaines

    Le pouvoir ne doit pas être entre les mains des juristes, qui sont chers, inefficaces et dot les chinois se contre-foutent, mais simplement entre les mains des consommateurs qui décident d'acheter des calissons ou bien de la torture. Idem quand vous passer à la pompe, vous approuver le financement des mouvements terroristes par les producteurs de pétrole qui n'ont aucun mérite d'en avoir des millions de barils sous les pieds. Utilisez plutôt vos pieds !

  • bpasseri il y a 3 semaines

    le dossier est bloqué chez hollande depuis 3 ans..... mais il travaille dessus, donc le pb est réglé

  • loco93 il y a 3 semaines

    Et les champignons de Paris cultivés en Pologne, ca ne choque personne non plus?

  • loco93 il y a 3 semaines

    Les saucissons du terroirs sont fabriqués en Roumanie non? et l'UE le permet.. alors pourquoi tant de bruit? Grace au traité transatlantique (TAFTA) défendu par beaucoup d'eurodéputés, on devrait pouvoir trouver du Bordeaux made in USA dans nos rayons et à priori ca ne choque personne... Mais dés qu'il s'agit du 'méchant grand ogre' asiatique, tout le monde s'agite.

  • calippe3 il y a 3 semaines

    Une administration qui ne réagit pas assez vite et des patrons d'entreprise à Aix incapable de se mettre d'accord pour préserver leur produit que ça serve de leçon pour d'autres .....

  • janaliz il y a 3 semaines

    Quand je lis que les clissons du roy rené sont excellents je me marre... Quand on aime le calisson on ne va pas chez rené...

  • coche123 il y a 3 semaines

    et les 'Calissons de Pékin' ce n'est pas vendeur ? sinon il suffira de dire les 'Calissons d'Aix d'Aix' pour les distinguer.