Les calèches de retour au Mont-Saint-Michel après 4 mois d'absence

le
0
Les visiteurs pourront à nouveau rejoindre le Mont Saint-Michel avec des navettes tractées par des chevaux. Altibreizh
Les visiteurs pourront à nouveau rejoindre le Mont Saint-Michel avec des navettes tractées par des chevaux. Altibreizh

(AFP) - Le service d'accès au Mont-Saint-Michel (Manche) en calèches, interrompu depuis le 9 décembre à la suite d'un conflit avec le propriétaire des chevaux, reprend progressivement, a-t-on appris mercredi auprès de Transdev, la société chargée d'acheminer les touristes de la côte au rocher.

"Le service a repris le lundi 14 avril avec une calèche. L'objectif est un retour à un service complet (quatre calèches) pour l'été", a indiqué à l'AFP Régina Dutacq, directrice des services Transdev au Mont.

Le service s'est interrompu en raison d'un conflit entre la société, filiale de Veolia et de la Caisse des dépôts, et l'éleveur propriétaire des chevaux. Un procès repoussé à plusieurs reprises doit avoir lieu le 23 mai devant le tribunal de commerce de Paris à ce sujet.

Mais face à la pression des collectivités locales qui lui ont confié ce service et aux pénalités financières qu'elles lui réclament, Transdev a décidé d'acheter ses propres chevaux et d'embaucher un soigneur chargé de remettre en place le service.

Selon Me Patrick de Fontbressin, l'avocat de l'éleveur avec qui Transdev est en conflit, son client met en cause la "compétence" des cochers de Transdev et craint pour la "santé des chevaux".

"+Je ne veux pas que mes chevaux partent au casse pipe+", a déclaré l'avocat à France 3 Basse-Normandie.

En août, le syndicat national des cochers avait mis en doute la sûreté des calèches car un seul des 23 cochers de Transdev avait réussi des tests officiels, selon le syndicat.

Transdev doit normalement donner le choix aux touristes entre un transport en bus ou en navette hippomobile. Mais lancées avec un an de retard, en juin 2013, ces navettes hippomobiles n'ont fonctionné que six mois jusqu'en décembre.

Selon les collectivités, Transdev devra payer 500 euros par jour de retard à compter du 9 décembre, en plus de 1,27 million déjà payé notamment pour le retard de la mise en service.

Cette délégation à Transdev entre dans le cadre du rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel. Le 28 avril 2012, les parkings situés au pied du mont ont été transférés sur la côte. Et on ne peut depuis accéder au Mont qu'à pied ou en navette. Une passerelle doit remplacer courant 2014 la digue qui mène au Mont afin de permettre à la mer de ceindre plus souvent le rocher.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant