Les caisses antibraquage séduisent les petits commerçants français

le
2
Face à la recrudescence des attaques, les petits commerçants français semblent avoir trouvé la parade. Outre l'aspect sécuritaire, ces automates sont plus efficaces et hygiéniques.

Pour se prémunir contre la recrudescence des braquages et des cambriolages, les petits commerçants sont de plus en plus nombreux à opter pour ces caisses d'un nouveau genre. Inventées il y a une vingtaine d'années en Suède, on en compte 3.000 installées en France. Depuis que les banques et les hypermarchés se sont équipés de dispositifs antivol performants pour se protéger, les délinquants se sont rabattus sur les commerces de proximité, où les gens paient en espèces.

Selon la Confédération des buralistes, qui représente 28.000 professionnels en France, 1.176 buralistes ont ainsi été braqués dans leur établissement au moins une fois en 2011. Avec 95% des paiements effectués en espèces et plusieurs centaines de transactions par jour, les boulangeries sont également en première ligne.

Cette situation profite aux deux principaux fournisseurs de caisses antibraquage, le suédois CashGuard et l'allemand Wincor Nixdorf, qui revendiquent chacun la position de leader en France. CashGuard a déjà installé 687 systèmes en France, avec 170 commandes pour le premier semestre 2012, selon Laurent Jamin, directeur de la filiale française de l'entreprise, tandis que Wincor Nixdorf, associé au français OMC Gervais, a fêté mi-décembre à Paris la centième boulangerie équipée de ses dispositifs.

Plus efficaces, plus hygiéniques

Ces caisses, qui ont l'apparence d'une grosse tirelire, sont posées sur le comptoir ou bien directement intégrées au meuble de caisse. La machine calcule et rend la monnaie dans un temps proche de la seconde. Le principe est simple: une fois le prix annoncé par le commerçant, le client glisse ses pièces de monnaie dans une fente ou introduit un billet dans un avaleur qui détecte et écarte les faux, le tout atterrissant dans un coffre scellé.

En plus de la sécurité, ce système a l'avantage de supprimer toute erreur de caisse et de permettre un calcul immédiat de la recette. Le système de caisse étant fermé, aucun employé n'a accès aux espèces, ce qui empêche tout vol interne, auquel sont confrontés tous les commerçants. Ceux-ci constatent généralement une hausse de leur chiffre d'affaires après l'installation de ces automates. Ces caisses sont aussi hygiéniques: les vendeurs n'ont plus à manipuler les espèces et les aliments. Si ces caisses intelligentes et inviolables peuvent décourager certains braqueurs, elles ont cependant un coût. À l'achat, selon le modèle et le logiciel de gestion choisis, il faut compter entre 20.000 et 25.000 euros tandis qu'en location le coût journalier oscille entre 20 et 30 euros.

Pour Carole Poulain, propriétaire d'une boulangerie dans le XVe arrondissement de Paris, ce dispositif a apporté une amélioration dans la gestion de son commerce au quotidien. Mais les clients s'y retrouvent-ils? «Si les premières tentatives sont un peu hésitantes, les clients s'y habituent et prennent la main», reconnaît la propriétaire. Ce nouveau système de paiement automatisé ne fait toutefois pas l'unanimité, certains récalcitrants regrettant la disparition de l'échange humain au profit de la technologie.

LIRE AUSSI:

» Braquages des commerçants: comment vaincre l'insécurité

» Braquages à Paris: les commerçants alertés par SMS

» Un plan antibraquage pour les Alpes-Maritimes

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • glebret5 le lundi 26 mar 2012 à 11:35

    à brun3686 : ou alors une partie au black de la recette qui rentre dans les comptes..

  • brun3686 le dimanche 25 mar 2012 à 21:31

    triste le passage sur la hausse du chiffre d'affaires relié à la fin du vol interne. mais réel