Les cafés l'Or relancent la guerre des dosettes

le , mis à jour à 09:09
0
Les cafés l'Or relancent la guerre des dosettes
Les cafés l'Or relancent la guerre des dosettes

C'est une nouvelle pierre dans le jardin de Nestlé. Six ans après le lancement des premières capsules compatibles avec les machines à café du groupe suisse, son concurrent Jacobs Douwe Egberts (JDE, Senseo, l'Or, Jacques Vabre, Grand'Mère, etc.), numéro deux mondial du café, repart à l'offensive en France.

 

Cette fois, le groupe aux capitaux allemands basé aux Pays-Bas a décidé d'investir une soixantaine de millions dans son usine française d'Andrézieux-Bouthéon (près de Saint-Etienne dans la Loire) pour produire la première capsule compatible Nespresso... en aluminium. La mousse, le goût et l'arôme du breuvage devraient s'en trouver grandement améliorés selon Dominique Touzeau, maître torréfacteur et responsable qualité de l'usine française. Il confie goûter « 300 cafés par jour » avec trois de ses collègues . « On fait œuvre de démocratisation en évitant que le café premium soit réservé à une partie de la population », lance fièrement Fabrice Boulanger, directeur de l'usine JDE d'Andrézieux-Bouthéon, dont l'extension a été inaugurée lundi.

 

3 € la boîte de 10 unités

Depuis la fabrication des premières capsules en plastique en 2010, le nombre de personnes qui y travaillent est passé de 120 à 280. Ces nouvelles capsules en alu seront commercialisées sous la marque haut de gamme l'Or, destinée à la grande distribution.

 

« Nous avons commencé à livrer Carrefour et Auchan. Nous serons bientôt présents dans toutes les enseignes », a annoncé Xavier Mitjavila, « general manager » de JDE France. Il faut dire que sur le marché du café, le café « en portions » (capsules et dosettes) est hautement stratégique : c'est le segment qui se développe le plus vite.

 

JDE détient à lui seul en France près de la moitié de celui des capsules compatibles, qui devrait passer de 200 M€ en 2016 à 400 M€ en 2020. Avec une offre de 16 références et un prix conseillé de 3 € ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant