Les cadres préfèrent travailler à Paris plutôt qu'en banlieue

le
2

INFOGRAPHIE - Les cadres préfèrent travailler dans l’Ouest et le Centre de Paris qui sont plus accessibles en transport. Les travailleurs qui sont intra-muros ont en moyenne 8 minutes de trajet en moins.

En Ile-de-France, mieux vaut travailler à Paris qu’en banlieue. On s’en doutait un peu. Un sondage réalisé par l’Ifop pour le compte de la société foncière, SFL, vient de le confirmer. C’est le Centre et l’Ouest de Paris qui ont les préférences des cadres concernant la localisation de leur bureau. Les villes de la banlieue Ouest proches de la capitale (Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Saint-Cloud…) arrivent en seconde position. En revanche, Saint-Denis où beaucoup de grands groupes comme SFR ont récemment installé leur QG pointent à un peu glorieuse 8è place. Et le quartier d’affaires de La Défense n’est qu’en 4è position.

Si les cadres plébiscitent le Centre et l’Ouest de Paris, c’est que ce quartier est très facile d’accès. En moyenne, les cadres qui travaillent dans Paris ont 8 minutes de transport en moins que leurs alter egos en banlieue. Soit une économie de quatre jours par an. Au delà de ces statistiques, le métro ou les bus parisiens offrent un confort de transport à nulle autre pareil. 50 % de cadres qui empruntent le RER ne sont pas satisfaits de leur temps de transport. Une explication du désamour pour La Défense où beaucoup arrivent avec le RER A. La conséquence? Plus que les autres, les cadres qui prennent le RER souhaitent à 58 % passer le minimum de temps à leur bureau. Autre avantage d’être situé dans Paris intra muros: la proximité géographique avec les clients et les partenaires de l’entreprise.

Pourquoi ne pas construire des tours intra-muros?

Mais il n’y a pas que le lieu de travail qui influe sur le bien-être au travail au bureau. Pour faire des économies, les entreprises plébiscitent l’open space qui permet de réduire l’espace alloué à chacun. Les cadres qui ont ce type de bureau sont moins satisfaits (71 %) que les autres (78 %). Enfin, ces logiques de localisation ne sont pas anecdotiques car elles pèsent sur l’attractivité de l’entreprise pour recruter de jeunes talents. Les moins de 30 ans (la génération Y) sont plus sensibles que les cadres confirmés à la localisation de leur bureau. Et jugent que c’est un point essentiel de leur bien-être au travail.

Pour que tout le monde travaille à Paris, la solution ne serait-elle pas qu’on construise des tours dans la capitale? Pas vraiment. Un peu plus d’un cadres sur deux y est défavorable. Probablement parce qu’ils n’ont pas une bonne image des derniers gratte-ciels construits à Paris dans les années 70, la tour Montparnasse et des tours du front de Seine.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le jeudi 11 juin 2015 à 12:02

    J'adore aussi la phrase "Les travailleurs qui sont intra-muros ont en moyenne 8 minutes de trajet en moins." Sur 2 heures de transport, c'est sur que cela fait toute la différence! Perso, je suis cadre et travaille à la campagne et il me faut 5 minutes maximum pour me rendre sur mon lieu de travail! Il faudrait multiplier mon salaire par 2 pour que j'accepte de travailler sur Paris au vu de tous les inconvénients générés par cette localisation!

  • faites_c le jeudi 11 juin 2015 à 11:58

    Magnifique sondage réalisé sur une dizaine de "cadres" et dont bien entendu les questions restent confidentielles!!! Au passage on notera que le contenu de l'article ne confirme absolument pas son titre! Les cadres n'ont pas dit qu'ils préféraient ravailler à Paris plutôt qu'en banlieue mais qu'il était plus facile d'accéder au centre et à l'Ouest de Paris quelque soit le point de départ! Demandez donc aux cadres s'ils ne préféreraient pas travailler à la campagne que l'on rigole 5 minutes!