Les « Business Angels » peinent à exister en France

le
0
Quelque 8000 particuliers investissent 125 millions par an dans 200 start-up.

Opération communication! Pour la 8ème année consécutive débute aujourd'hui la semaine des «Business Angels», une opération organisée par France Angels, la fédération des business angels. Son objectif? Faire mieux connaître l'activité de ces particuliers, souvent anciens dirigeants d'entreprise, qui investissent quelques dizaines ou centaines de milliers d'euros dans des start-up, les conseillent dans leur stratégie et les font profiter de leur carnet d'adresses.

Investissant dans la phase «d'amorçage» de l'entreprise, c'est-à-dire la plus risquée, les business angels interviennent après ce que l'on appelle la «Love Money» (apportée par les parents, amis et relations du créateur de start-up), et avant les investisseurs traditionnels. Apparus dans les années 60 aux États-Unis, arrivés en France dans les années 90, ils sont aujourd'hui 8000 dans l'Hexagone où ils investissent aux...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant