Les bureaux de demain ressembleront à votre maison

le
0

EN IMAGES - Révolutionner l’espace de travail. C’est l’ambition d’ArtDesk group, qui a fait les bureaux de Facebook, LinkedIn, mais aussi du Crédit Agricole ou Alstom. Le «penseur» du bureau de demain a ouvert ses portes au Figaro.

À première vue, vous avez l’impression de pénétrer dans une maison, avec ses différentes pièces: cuisine, salle à manger, et chambre. C’est précisément l’effet souhaité par Nicolas Paugam, cofondateur d’ArtDesk Group: que ses collaborateurs se sentent au travail comme à la maison. Et pour se sentir comme chez soi, il faut avoir la possibilité de vaquer à ses petites occupations en toute liberté, en passant d’une pièce à l’autre au gré de ses envies. «Les bonnes idées ne naissent pas au bureau. Le poste de travail tel qu’on l’imagine bride les idées et la créativité», explique Nicolas Paugam.

C’est pour cette raison que chez ArtDesk Group, le poste de travail fixe a complètement disparu. La totalité des 80 collaborateurs de l’entreprise sont des «SBF» (sans bureau fixe), y compris les deux fondateurs. «Comment fait-on pour vous trouver alors?», plaisante un journaliste lors de la visite. Réponse: grâce à Skype et aux différents outils de messagerie en ligne. C’est le premier pas vers le «décloisonnement» des espaces de travail. Les 700 mètres carrés du «Village ArtDesk» ont donc des allures de grande colocation, composée de plusieurs «îlots» thématiques répartis sur deux étages. Ces îlots ont été co-créés avec les collaborateurs.

Chaque espace est dédié à un moment précis de la journée, et propice à une tâche. D’un espace clos, douillet et et chaleureux - idéal pour une réunion en très petit comité ou pour passer un appel téléphonique - on passe donc à une grande table en bois de style industriel, pour créer une ambiance plus «familiale». Au dernier étage, on trouve aussi un espace rond, sous les baies vitrées, baigné de lumière: c’est un véritable nid, idéal pour les créatifs qui veulent réfléchir et se concerter sur un projet!

La décoration au centre de l’aménagement

«Avant, la décoration des locaux était la cerise sur le gâteau. C’était quelque chose que l’on étudiait à la toute fin des travaux, s’il restait un peu de budget... Désormais, la décoration est au cœur de l’aménagement», explique Nicolas Flachot, patron de Kidimo, associé à ArtDesk. Dans le bureau du futur, on préfère dépenser pour créer une ambiance, une atmosphère propre à l’entreprise plutôt que d’acheter du mètre carré. Depuis 2003, ce sont près de 2000 clients qui ont sollicité ArtDesk pour «transformer» leurs espaces de travail. Parmi ces clients, des géants du web comme Facebook, LinkedIn ou Blablacar, mais aussi des entreprises plus «traditionnelles» comme Gecina, Alstom ou le Crédit Agricole.

«Nous essayons de créer des ambiances qui ressemblent à l’identité de notre client et à son univers de prédilection, précise Nicolas Paugam, qui cite un exemple: pour la multinationale IMS, présente dans de nombreux pays, une gigantesque mappemonde a été créée, sur laquelle figure la totalité de ces bureaux.» Pour lui, dans une dizaine d’années, le poste de travail fixe aura disparu. Seul petit problème: si l’on tue le poste de travail individuel, on tue également le petit espace personnel, un espace de travail à soi, que l’on organise comme on veut... Un «petit» manque qui pourrait bien avoir son importance.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant