Les Bulgares restent défiants envers leurs banques

le
0
LES BULGARES CONTINUENT À RETIRER LEURS ÉCONOMIES DES BANQUES
LES BULGARES CONTINUENT À RETIRER LEURS ÉCONOMIES DES BANQUES

par Angel Krasimirov et Gareth Jones

SOFIA (Reuters) - Des dizaines de déposants retiraient lundi leurs économies de leurs comptes ouverts auprès de la troisième banque bulgare, First Investment Bank, en dépit des appels au calme du gouvernement et de l'Union européenne.

Les autorités bulgares ont appréhendé quatre personnes soupçonnées d'avoir tenté de déstabiliser le système bancaire par le biais d'une campagne orchestrée par téléphone et sur internet.

Dans l'intervalle, une ligne de crédit de 3,3 milliards de levs (1,7 milliard d'euros) sollicitée par la Bulgarie et approuvée lundi par la Commission européenne, a permis à l'action de First Investment Bank de gagner 20%, éliminant la quasi totalité de ses pertes de vendredi.

L'exécutif européen, faisant écho au Fonds monétaire international et à des économistes, a dit que le système bancaire bulgare était bien capitalisé et disposait d'un niveau de liquidité élevé si on le comparait à ceux d'autres Etats membres de l'UE.

La Bulgarie a l'une des dettes les plus basses de l'UE et le lev est lié à l'euro dans le cadre d'un "currency board" instauré durant la crise financière des années 1990.

Même si le coût d'assurance de la dette bulgare a augmenté la semaine dernière, Sofia a pu émettre un emprunt de 1,5 milliard d'euros jeudi dernier.

Le président Rosen Plevneliev a exhorté dimanche les Bulgares à garder confiance envers leurs banques, après avoir tenu des discussions d'urgence avec les chefs des partis politiques et des responsables de la banque centrale.

"Il n'y aucune raison de céder à la panique; il n'y a pas de crise bancaire, seulement une crise de confiance et il y a aussi une agression criminelle", a-t-il dit en conférence de presse.

Des queues se formaient cependant devant les agences de la First Investment Bank, quoique moins longues que vendredi.

La banque centrale a pris la semaine dernière le contrôle de Corpbank, la quatrième banque bulgare, victime d'une ruée à ses guichets après que des médias eurent fait état de transactions suspectes impliquant l'établissement.

La banque centrale et des économistes ont dit que Corpbank était un cas particulier et que les répercussions sur les autres banques seraient limitées.

Corpbank a démenti avoir commis la moindre malversation.

Cette crise a provoqué une union sacrée de la classe politique bulgare, laquelle a choisi la date du 5 octobre pour des élections anticipées, un engagement pris à la suite du scrutin européen de mai dernier.

Plevneliev a dit dimanche qu'il dissoudrait le Parlement et qu'il nommerait un gouvernement provisoire le 6 août, après la démission du Premier ministre Plamen Orecharski. Ce gouvernement sera chargé de gérer les affaires courantes jusqu'au scrutin du 5 octobre.

(Gareth Jones, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant