« Les brevets démontrent le dynamisme de l'entreprise »

le
0
« Les brevets démontrent le dynamisme de l'entreprise »
« Les brevets démontrent le dynamisme de l'entreprise »

Chercheur cryptographe chez STMicroelectronics, fabricant de puces électroniques spécialisé dans la sécurisation des composants électroniques, Pierre-Yvan Liardet est, avec Joan Daemen et leur équipe, finaliste du prix de l’Inventeur européen 2016, dans la catégorie Industrie.

 

A quelle invention devez-vous votre place de finaliste ?

PIERRE-YVAN LIARDET. Qu’il s’agisse des téléphones portables, des voitures ou des passeports, sécuriser les données électroniques est devenu un enjeu crucial. Les objets concernés sont de plus en plus nombreux. Les quatre brevets qui nous ont permis d’accéder à la finale portent sur le renforcement de la sécurisation des données et des composants électroniques contre les hackeurs. Nous élaborons des programmes et des composants électroniques dont nous testons ensuite la fiabilité, en simulant des attaques informatiques.

 

A quoi ça sert, de déposer un brevet ?

Tout d’abord à protéger une entreprise par rapport à un produit ou un procédé qu’elle a elle-même mis au point. Et donc, à travers cela, à préserver son outil de compétitivité. Ce n’est qu’avec le brevet que l’on peut revendiquer un droit de propriété et donc demander aux sociétés qui souhaitent utiliser l’invention soit de monter un partenariat, soit de payer une licence. Ensuite, cela démontre le dynamisme d’une entreprise, ou d’une équipe, et sa capacité à avancer technologiquement, à faire des propositions innovantes. C’est donc aussi une vitrine. Pour ma part, en quinze ans de travail chez STMicroelectronics, nous en sommes, avec mon équipe, à 49 brevets déposés.

 

Est-il facile de faire de la recherche en France ?

Dans la cryptographie, la France a de réelles compétences. C’est ici que la carte à puce a été inventée. De nombreuses sociétés ont ensuite investi dans ce domaine. En revanche, les universités auraient besoin de plus de moyens pour la recherche. Or ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant