Les Brésiliens, une clientèle touristique pleine de promesses

le
2

Ils dépensent bien moins que les Chinois, mais les Brésiliens sont de plus en plus présents en France. Et ce sont de bons clients pour les hôtels, les restaurants et le shopping.

Il n'y a pas que le football dans la vie. Si tous les regards sont braqués actuellement vers le Brésil, il ne faut pas oublier que ce pays est un pourvoyeur de plus en plus important de visiteurs pour la France. Une étude que vient de réaliser l'organe de promotion touristique Atout France détaille le potentiel de ce marché qui représentait 860.000 visiteurs en 2012. Verdict: cette clientèle est en croissance régulière et cherche à profiter pleinement de l'art de vivre à la française. Une clientèle à soigner, donc.

Certes, les dépenses totales liées au tourisme (25 millions de dollars) restent loin de celles de la Chine (102 millions), de l'Allemagne (83 millions) ou des États-Unis (78 millions). Mais elles progressent en moyenne de 25% sur les cinq dernières années. C'est d'autant plus intéressant que l'Europe est la première destination des touristes brésiliens (devant l'Amérique du Nord) et que la France capte un bon tiers de ce flux européen.

Shopping et gastronomie

L'étude qui s'est focalisée sur les représentants de la classe moyenne et classe moyenne supérieure montre que la majorité des Brésiliens qui viennent en France optent pour un séjour de 3 à 5 jours et dépensent un peu plus de 2000 euros par jour. C'est légèrement plus que les Brésiliens visitant d'autres pays européens et surtout, le montant augmente chaque fois que les visiteurs reviennent. Ceux qui ont goûté plus de trois fois au tourisme tricolore dépensent ainsi près de 2250 euros par séjour.

Autre bonne nouvelle: les Brésiliens en visite viennent généralement au moins par deux. La France est la destination romantique par excellence et il ne conçoivent pas de la visiter en tant que célibataire. En dehors des plus jeunes qui voyagent à l'économie, ce sont de bons clients pour les hôtels 3 et 4 étoiles. Par ailleurs, ils aiment tester la gastronomie française car c'est pour eux l'un des meilleurs moyens de comprendre la culture locale. Une différence majeure avec les Chinois qui réclament une restauration asiatique.

Ils partagent en revanche avec les touristes asiatiques un goût prononcé pour le shopping et y consacrent jusqu'à 20% de leur budget. Ils profitent de ce long voyage coûteux pour acheter certains produits qui sont plus chers chez eux (beauté, mode, électronique). Il semble cependant que l'offre française de shopping ne les satisfait pas totalement, avec selon eux un manque de magasins d'usines. D'ailleurs l'image un peu trop chère et haut de gamme reste le principal frein à un développement encore plus massif du tourisme en provenance du Brésil.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • surfer1 le lundi 30 juin 2014 à 11:18

    A force de promouvoir l'économie du tourisme, c'est à dire en creux une économie de la facilité, on va finir par avoir le niveau de vie qui va avec : celui d'un pays sous-développé. De Gaulle avait dit :"Que voulez-vous ! Si on laisse faire les Français ils feront des porte-clefs parce que c'est facile à faire et que ça se vend bien ! ". Je crois qu'on y arrive et c'est grave...

  • OREGON3 le dimanche 29 juin 2014 à 10:03

    ils ont pas un sous.........