Les Bourses toujours dans le rouge à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES RESTENT EN REPLI À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES RESTENT EN REPLI À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent dans le rouge à mi-séance vendredi, dans des marchés affaiblis par une nouvelle série de publications trimestrielles décevantes et prudents avant la première estimation du PIB américain du troisième trimestre.

Les résultats trimestriels des géants Apple et Amazon publiés dans la nuit ont été inférieurs aux attentes, tandis qu'en Europe, Renault, Ericsson et Publicis ont également déçu.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,59% à 3.391,54 points vers 11h05 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,57% et à Londres, le FTSE 0,82%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonne 0,67%.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,65% à 0,85%.

Avec le PIB américain, attendu à 12h30 GMT, les investisseurs attendent de voir si la reprise se confirme aux Etats-Unis, d'autant que l'incertitude reste grande sur les négociations concernant le "mur budgétaire" qui pourrait peser sur la croissance au début de l'an prochain.

"Ce qui se passe c'est qu'il n'y a pas de nouveau coup de pouce des banques centrales et que la conjoncture semble s'affaiblir si l'on en croit les indicateurs les plus récents", commente William De Vijlder, responsable de l'investissement chez BNP Paribas Investment Partners.

"De plus, il y a la question de ce qui va se passer pour le mur (budgétaire), ce qui ne crée pas un environnement où les investisseurs peuvent se dire: "Allons-y pour les actions!".

Aux valeurs, Ericsson perd 4,7% après avoir fait état d'une chute de 42% de son résultat brut opérationnel au troisième trimestre, sous le coup d'une baisse des investissements de ses clients, et a annoncé de nouvelles réductions de coûts.

Renault perd 2,4% après avoir annoncé la veille que ses ventes mondiales risquaient de baisser en 2012.

De même, Crédit agricole perd 3,6%, BNP Paribas 2,5% et Société Générale 2,6%, parmi les plus fortes baisses du CAC 40, alors que Standard & Poor's a annoncé jeudi soir avoir abaissé la note BNP Paribas de "AA-" à "A+", ainsi que les perspectives de plusieurs banques françaises, dont Socgen, à "négative".

L'indice des bancaires perd 1,2%, plus forte baisse sectorielle en Europe.

Côté hausses, Saint-Gobain prend 2,2% malgré l'annonce d'une prévision de baisse plus forte que prévu de son résultat d'exploitation du second semestre, et Carrefour prend 2,2%, tirant vers le haut l'indice de la distribution en Europe (+0,18%), seul secteur à afficher une tendance positive depuis l'ouverture.

L'aversion au risque liée aux résultats décevants, à la décision de S&P sur les banques et au chômage record en Espagne, profite aux futures sur Bund allemand.

L'euro est repassé sous la barre de 1,29 dollar, toujours fragilisé par l'incertitude concernant une éventuelle demande d'aide de l'Espagne, tandis que le yen marque une pause, après avoir touché un plus bas de quatre mois face au dollar en début de matinée en vue de nouvelles mesures de soutien à l'économie de la Banque du Japon la semaine prochaine.

Le Brent perd 48 cents le baril à 108 dollars le baril, après avoir touché un point bas de 107,40 dollars, dans des marchés nerveux avant le PIB américain.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant