Les Bourses européennes toujours en hausse à la mi-journée

le
0
LA BOURSE DE PARIS EN HAUSSE À LA MI-JOURNÉE
LA BOURSE DE PARIS EN HAUSSE À LA MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont pour la plupart en hausse mercredi à la mi-journée, se reprenant après un début de semaine en demi-teinte dans le sillage des secteurs de la santé et de la distribution, ce dernier étant porté par les résultats annoncés par Hennes & Mauritz.

À Paris, le CAC 40 progresse de 0,40% à 4.267,38 points. Le FTSE londonien avance de 0,48% mais à Francfort, le DAX se distingue en cédant 0,24%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 et l'EuroStoxx 50 de la zone euro prennent tous deux 0,3%.

Les places européennes avaient pâti la vaille d'indicateurs économiques qui ne présageaient rien de bon pour la croissance économique de la zone euro.

Au contraire, la seule statistique économique européenne du jour a montré que la production industrielle de l'Allemagne avait moins reculé que prévu en février, même si la hausse de janvier a été revue en légère baisse.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en légère hausse après les prises de bénéfice subies mardi dans l'attente du début de la "saison" des résultats la semaine prochaine.

Le secteur européen de la distribution est en hausse de 0,91%, deuxième hausse de la journée.

Hennes & Mauritz (H&M), qui gagne près de 4% et réalise la meilleure hausse du FTSEurofirst 300, a fait état mercredi d'un bénéfice qui a un peu moins baissé que prévu au premier trimestre de son exercice fiscal 2015-2016, l'impact d'un dollar fort tendant à s'atténuer, mais ses ventes de mars n'ont pas été très dynamiques.

C'est le secteur de la santé qui enregistre la meilleure progression, de 1,08%, alors même que les investisseurs doivent encore digérer l'annonce de l'abandon du projet de fusion entre les laboratoires américains Pfizer et Allergan.

Dans ce compartiment, le laboratoire britannique Shire, basé en Irlande et qui compte racheter l'américain Baxalta pour 32 milliards de dollars, gagne près de 3%.

Certains analystes ne pensent pas que la transaction pâtira des nouvelles dispositions de lutte contre l'inversion fiscale adoptées aux Etats-Unis et qui sont à l'origine de l'abandon du projet d'alliance entre Pfizer et Allergan.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant