Les Bourses européennes terminent sur une note hésitante

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/NEW YORK (Reuters) - La plupart des places européennes ont terminé vendredi sur une note hésitante mais non loin de leurs plus hauts récents, les interrogations sur les résultats des sociétés cotées éclipsant pour l'essentiel l'effet bénéfique des derniers chiffres de la croissance en Chine.

Celle-ci a de nouveau accéléré à la fin de l'an dernier après sept trimestres consécutifs de ralentissement, atteignant 7,9% en rythme annuel soit légèrement plus que prévu.

Ce chiffre, publié en même temps que des statistiques encourageantes sur les ventes au détail et la production industrielle chinoises, avait notamment soutenu les valeurs minières en début de séance, leur indice de référence européen prenant jusqu'à 1%.

Mais la prudence a ensuite favorisé la consolidation en Europe avant le vrai démarrage, la semaine prochaine, des publications de résultats, un mouvement amplifié par l'annonce d'une baisse inattendue des ventes au détail en Grande-Bretagne et du moral des ménages aux Etats-Unis.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50, qui a gagné environ 12% depuis la mi-novembre, a terminé en baisse de 0,34% à 2.709,59 points. A Paris, le CAC 40 a cédé 0,07% à 3.741,58. Francfort a reculé de 0,43% mais Londres a pris 0,36%.

Sur l'ensemble de la semaine, l'EuroStoxx 50 a perdu 0,29%; le CAC 40, lui, a gagné 0,96%.

"Le rally de novembre reste intact mais il commence à fatiguer", estime Stewart Richardson, responsable des investissements de RMG.

Au moment de la clôture européenne, Wall Street était dans le rouge, l'indice Dow Jones affichant un repli de 0,16%. La chute de 6,5% d'Intel au lendemain de résultats jugés décevants occulte la nette hausse de Morgan Stanley (+7,2%) et General Electric (+3%), dont les trimestriels ont favorablement surpris.

Sur le marché des changes, le yen poursuit sa baisse face au dollar et se rapproche de son plus bas de plus de deux ans et demi à quelques jours de la réunion de politique monétaire de la Banque du Japon. L'euro, lui, se replie légèrement face au billet vert après avoir brièvement atteint 1,3401 dollar en début de journée.

Les Bunds allemands, de leur côté, sont orientés à la hausse, une progression que des intervenants expliquent entre autres par les déclarations de Benoît Coeuré, l'un des membres du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), selon lesquelles un remboursement anticipé par les banques de la zone euro des prêts à trois ans (LTRO) de la BCE n'aurait pas d'impact sur les taux à court terme.

Enfin les cours du pétrole se replient mais Brent reste non loin du seuil de 111 dollars et devrait terminer en hausse sur l'ensemble de la semaine.

Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant