Les Bourses européennes terminent quasi inchangées

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé mardi près de leur clôture de la veille, tandis que Wall Street marquait également une pause après sept séances de hausse d'affilée et que le yen reprenait quelques couleurs face au dollar pour la première fois en une semaine.

Les actions se maintiennent toutefois à des niveaux records, avec un indice paneuropéen FTSE 300 près de son plus haut de quatre ans et demi et des indices Dow Jones et S&P 500 non loin de leurs pics historiques après un début d'année marqué par l'optimisme sur la reprise économique.

"Les indicateurs s'améliorent. Pas de catastrophe en provenance d'Europe pour l'instant et l'économie chinoise se redresse. Rien ne vient contredire la recommandation de rester long (sur les actions)", dit Frank Lesh, analyste chez FuturePath Trading à Chicago.

Toutefois, un discours prudent du président de la Bundesbank, qui a souligné que la crise de la zone euro n'était pas finie et que les Etats devaient s'attaquer à la racine du problème en mettant en oeuvre des réformes, a refroidi l'optimisme ambiant.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,1% à 3.839,97 points. Le Footsie britannique a pris 0,11%, mais le Dax allemand a perdu 0,23%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 cédait 0,25% en clôture.

Les grands indices américains perdaient 0,1% à 0,5% au moment de la clôture en Europe. A contrario, l'indice de volatilité aux Etats-Unis reprenait 7,9% à 12,47 points, après avoir touché lundi un plus bas de six ans, à 11,50, signe du regain de l'attrait pour les actifs à risque.

Aux valeurs, PSA Peugeot Citroën s'est adjugé 2,02% après l'annonce du départ de deux membres du directoire, Frédéric Saint Geours et Guillaume Faury, ce dernier ayant été nommé à la tête d'Eurocopter (groupe EADS). EADS a pris 1,47% en clôture.

A Francfort, Commerzbank a abandonné 3,12%. La banque prépare une augmentation de capital qui pourrait atteindre 10% de son capital, selon la presse.

À Milan, Banca Intermobiliare a bondi de 34,83% en réaction à des informations selon lesquelles UBS est en négociation avec la banque italienne Veneto Banca pour le rachat de certains actifs de sa filiale en difficulté.

Sur le marché des changes, des fonds spéculatifs et des investisseurs de long terme ont racheté du yen après avoir parié massivement contre la devise japonaise récemment.

Toutefois, les anticipations selon lesquelles la Banque du Japon pourrait s'embarquer plus rapidement que prévu dans une politique monétaire ultra-accommodante devraient compromettre tout rebond important du yen, estiment des traders.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund ont progressé, une production manufacturière britannique décevante et les inquiétudes persistantes sur la situation politique en Italie ayant incité certains investisseurs à se replier sur cette valeur refuge.

Par ailleurs, l'Espagne a placé pour 5,83 milliards d'euros de bons à six et 12 mois lors de deux adjudications marquées par une baisse des rendements revenus à des plus bas de plus d'un an. A l'inverse, l'adjudication par l'Italie de 7,75 milliards d'euros de bons du Trésor (BOT) à échéance 2014, la première depuis l'abaissement de la note de crédit du pays par Fitch vendredi, a produit des rendements au plus haut depuis décembre 2012.

Le brut léger américain reprend du terrain, favorisé par un léger recul du dollar après avoir souffert lundi de l'annonce d'un ralentissement de la croissance de la demande chinoise.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant