Les Bourses européennes terminent la séance sur de solides gains

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse mardi, à la faveur d'indicateurs macroéconomiques encourageants en Chine et alors que semble s'éloigner l'option de frappes militaires en Syrie.

À Paris, le CAC 40 a gagné 1,89% à 4.116,64 points, à son plus haut depuis le 19 août. Le Dax a pris 2,06% à Francfort et l'Ibex 1,96% à Madrid, alors que le FTSE se contentait d'un gain de 0,82% à Londres.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a gagné 1,35% à 1.244,60 points, un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis le 29 mai, et l'EuroStoxx 50 s'est adjugé 1,90% à 2.851,40.

Au moment de la clôture européenne, Wall Street gagnait autour de 0,6% dans un marché là aussi rassuré par la perspective d'une solution diplomatique en Syrie.

Les autorités russes ont dit qu'elles collaboraient avec Damas sur la mise en place d'un projet "concret" de contrôle de l'arsenal chimique syrien, une initiative qualifiée d'"avancée importante" par Washington et que Paris veut voir encadrée par une résolution aux Nations unies.

De nouveaux signes de stabilisation de l'économie chinoise, avec une hausse un peu plus marquée que prévu de la production industrielle et des ventes au détail au mois d'août, ont aussi soutenu les Bourses et les cours des matières premières, hormis le pétrole qui a lui reculé sur fond de détente dans la crise syrienne.

La volonté apparente de désamorcer les tensions en Syrie "est jugée positivement par les marchés qui avaient été déstabilisés (par les craintes de frappes) et cela permet de se reconcentrer sur les fondamentaux", explique Henk Potts, stratège chez Barclays.

Aidé par les statistiques chinoises, l'indice des ressources de base a gagné 2,04%. De son côté, la décrue des cours du pétrole a profité aux compagnies aériennes à l'image d'EasyJet (+7,2%) et Lufthansa (+5,9%) qui ont signé les deux plus fortes hausses de l'EuroFirst 300.

Air France-KLM a bondi de 9,1%, la meilleure performance du SBF-120 à Paris.

Le secteur automobile a aussi été recherché sur fond d'annonces des constructeurs au Salon de Francfort, où flotte l'espoir d'un redémarrage du marché européen en 2014. En tête des hausses de l'EuroStoxx 50, Volkswagen s'est adjugé 4,8% à 173,95 euros.

Les financières ont également soutenu la tendance avec Société générale (+3,8%), RBS (+4,7%) et ING (+3%) en première ligne.

À la baisse, le groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline a perdu 2,5%, freinant la hausse du FTSE à Londres, avec la menace d'une concurrence générique pour l'Advair, son traitement contre l'asthme, aux Etats-Unis.

Sur le marché des changes, le yen et le franc suisse, qui avaient bénéficié d'achats refuge pendant la crise syrienne, sont retombés face au dollar et à l'euro, le billet vert touchant même en séance un plus haut depuis le 25 juillet à 100,37 yens. L'euro/dollar était stable en fin de journée autour de 1,3250.

La détente sur le dossier syrien et le rebond des Bourses ont pesé sur les emprunts d'Etat allemands, les futures sur le Bund perdant 80 ticks à 136,82 avec un taux à 10 ans revenu à 2,03%.

Sur le marché pétrolier, le Brent de mer du Nord cédait 2% à 111,45 dollars vers 15h45 GMT après avoir touché un plus bas depuis le 26 août de 110,59.

Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant