Les Bourses européennes terminent globalement en repli

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en repli pour la plupart lundi, mais au-dessus de leur plus bas du jour.

À Paris, le CAC 40 a terminé en petite baisse de 5,18 points ou 0,14% à 3.638,10 points, après un creux à 3.611 le matin. Le Footsie britannique a pareillement cédé 0,16% mais le Dax allemand est parvenu à progresser de 0,11%.

Parmi les indices paneuropéens, l'EuroStoxx 50 a cédé 0,19% et l'indice FTSEurofirst 300 0,15% à 1.131,63 points, sa troisième séance de léger repli après son pic de 2012 à 1.141 atteint jeudi.

John Boehner, le président républicain de la Chambre des Représentants, serait prêt à accepter une hausses des impôts sur les plus hauts revenus en échange d'une réduction importante des dépenses sociales afin de débloquer les négociations budgétaires, a-t-on appris samedi. Il a été de nouveau reçu à la Maison blanche lundi pour poursuivre les négociations, ce qui a contribué à un regain d'optimisme de Wall Street.

Les marchés continuent de tabler sur un accord pour éviter le "mur budgétaire" - l'entrée en vigueur automatique, au 1er janvier, de 600 milliards de dollars de hausses d'impôts et de réductions de dépenses, qui risqueraient de faire rechuter la première économie mondiale. Mais le temps presse et toute nouvelle négative pourrait faire chuter les Bourses, surtout dans un contexte de faibles volumes à l'approche des fêtes de Noël.

Faute d'éléments d'impulsion avant l'ouverture de New York, les échanges se sont concentrés en Europe sur les valeurs affectées par de mauvaises nouvelles.

Plus forte baisse de l'indice FTSEuroFirst 300, Aggreko, le spécialiste britannique de location de groupes électrogènes, a plongé de 21,7% dans de gros volumes après avoir averti sur ses perspectives pour 2013. L'opérateur télécoms néerlandais KPN a chuté de 15%, là encore dans des volumes quatre fois supérieurs à la normale, après l'annonce d'une réduction de son dividende. Dans le même secteur, Vodafone a lâché 1,7%.

Parmi les valeurs en vue, Bouygues a pris 3,85% dans l'anticipation de bonnes nouvelles concernant la 4G et H&M (+3,36%) a profité de chiffres de ventes satisfaisants.

Le secteur automobile s'est également distingué avec des gains de 2,45% pour Renault et de 6,44% pour PSA Peugeot.

Sur le marché des changes, le yen a cédé du terrain après l'écrasante victoire des conservateurs au Japon qui accentue la pression sur la Banque du Japon pour qu'elle assouplisse davantage sa politique monétaire dès sa prochaine réunion de jeudi.

L'euro a atteint un plus haut depuis mars à 111,30 yens et le dollar un pic depuis avril de 84,48 yens.

L'actualité japonaise n'a pas influé sur le marché obligataire européen, davantage sensible aux négociations budgétaires aux Etats-Unis. Les concessions apparentes de John Boehner ont fait refluer les Bunds, et les rendements des emprunts italiens, mis à mal la semaine dernière par le retour annoncé de Silvio Berlusconi en politique, ont regagné un peu de terrain.

"On en a fini pour cette année avec les dossiers européen et grec. Ils reviendront, mais en attendant cela réduit la demande pour les valeurs refuges comme les Bunds", explique Elisabeth Afseth, analyste chez Investec.

Les cours du pétrole ont également fait preuve d'irrégularité dans l'attente de nouvelles sur le front budgétaire aux Etats-Unis. Monté le matin jusqu'à 108,50 dollars, le baril de Brent est passé en territoire négatif avant de se redresser pour s'afficher en hausse de 0,09% à 108,28 dollars en fin de séance européenne.

A ce niveau, le Brent est bien parti pour finir l'année peu changé - mais loin de son plus haut de 128 dollars atteint en mars.

Véronique Tison pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant