Les Bourses européennes terminent en recul

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en petite baisse vendredi, dans un contexte d'inquiétudes liées à la situation politique italienne, tandis que Wall Street est en plus net recul, à quelques jours de la date à partir de laquelle l'administration fédérale des Etats-Unis ne pourra plus se financer, faute d'un accord budgétaire entre démocrates et républicains.

À Paris, le CAC 40 a terminé presque sans changement, avec une hausse de 0,05 point à 4.186,77 points et enregistre sur la semaine un recul de 0,40%. Le Footsie britannique perd 0,81% et le Dax allemand cède 0,03%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 baisse de 0,12% et que le FTSEurofirst 300 abandonne 0,28%.

Le principal indice de la Bourse de Milan rétrograde de 1,27%, l'une des baisses les plus marquées, après une adjudication de dette souveraine au cours de laquelle le rendement des obligations à 10 ans a atteint son plus haut niveau en trois mois, en raison de la crise politique qui menace l'Italie.

Des rumeurs de marché ont même évoqué une dégradation de la note de la dette italienne, ce que le Trésor a démenti, alors que le président Giorgio Napolitano doit rencontrer dans la journée Enrico Letta, le président du conseil issu de la gauche, dont le gouvernement de coalition est fragilisé par le mécontentement d'une partie de la droite, fidèle à Silvio Berlusconi.

Ce contexte profite sur le marché obligataire aux futures sur le Bund allemand, une valeur refuge, qui gagnent du terrain à près de 140,5.

À Wall Street, le Dow Jones perd 0,48% et le Standard & Poor's 500 cède 0,42% vers 15h55 GMT, au lendemain du refus de la Chambre des représentants, dominée par les républicains, de donner suite à un projet de loi de l'administration du président démocrate Barack Obama, qui aurait entre autre permis au gouvernement de se financer au delà du 30 septembre.

Ce rejet laisse craindre un enlisement de la crise politique et pourrait se traduire par une paralysie budgétaire, un 'shutdown', dès le 1er octobre et par un défaut sur les emprunts du Trésor au milieu du mois prochain.

Ces inquiétudes affaiblissent nettement la monnaie américaine face ses homologues européenne, au-dessus de 1,35, et surtout japonaise, en-dessous de 98,5.

"Alors que la date butoir approche, les investisseurs accélèrent les ventes de dollars, craignant de plus en plus qu'une paralysie du gouvernement affecte la qualité des actifs américains et conduise à un ralentissement de la croissance américaine", explique Kathy Lien, du cabinet new-yorkais BK Asset Management.

Le cours du baril de Brent est en baisse à moins de 109 dollars, en raison de l'apaisement à l'Onu des tensions diplomatiques autour du conflit syrien et de l'ouverture affichée par le président iranien Hassan Rohani.

Julien Dury pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant