Les Bourses européennes terminent en recul avec les bancaires

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse vendredi, plombées par les valeurs bancaires, dans des marchés repris par l'inquiétude dans le dossier grec.

L'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 1,51% à 3.373,14 points, ayant enfoncé un support clé autour de 3.410 points et ouvert un "gap" (brèche) baissier dès l'ouverture.

Sur la semaine, l'indice phare de Paris a cédé 1,6%.

La Bourse de Francfort a perdu 1,41%, Londres 0,73% et l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 1,65% à 2.480,76 points après avoir également ouvert un petit "gap" en ouverture et enfoncé un soutien autour de 2.510 points. La Bourse d'Athènes a essuyé la plus forte baisse, de 3,23%.

Les valeurs financières et cycliques, qui avaient mené le rebond, ont été les premières à corriger, avec un recul de 2,54% des bancaires et de 1,86% de l'automobile en Europe. Société générale a perdu 7,48% à 23,25 euros.

Alcatel-Lucent s'est adjugé 12,13%. L'équipementier télécoms a rassuré le marché en stoppant l'hémorragie de sa trésorerie au dernier trimestre et en signant ses premiers bénéfices depuis 2006. [

Selon les analystes graphiques, les marchés ont entamé un mouvement de consolidation anticipé par les investisseurs, après le vif rebond entamé à la fin de l'an dernier.

"Même si la tendance de fond reste haussière, le CAC 40 peut consolider à court terme et revenir (...) vers 3.320 points", estime Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse France.

En l'absence d'accord définitif dans le dossier grec, les investisseurs n'hésitent pas à prendre des bénéfices sur les actions, le pétrole et l'euro et à revenir sur le marché obligataire.

Les salariés grecs ont entamé vendredi une grève générale de 48 heures pour dénoncer l'austérité exigée par les créanciers d'Athènes pour renflouer le pays au bord de la faillite. Les trois partis de la coalition gouvernementale ont entériné jeudi un nouveau plan de rigueur mais l'Eurogroupe a réclamé dans la soirée des garanties supplémentaires sur la mise en oeuvre de ces mesures.

Le Parti socialiste grec (Pasok) a appelé ses élus à soutenir le plan de rigueur. Mais la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères a présenté sa démission afin de protester contre les mesures d'austérité.

Les marchés sont d'autant plus enclins à la retenue que le moral des consommateurs américains a baissé plus que prévu en février sur des inquiétudes relatives à leurs perspectives de revenus.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant