Les Bourses européennes terminent en ordre dispersé

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi, les investisseurs nourrissant des doutes certains sur la qualité de la "saison" des résultats de sociétés européennes qui doit débuter sous peu.

Il semble en effet que ces publications ne suffiront pas à inciter les investisseurs à tester de nouveaux sommets boursiers - ce qui s'est vérifié au moins ce mercredi - après une volée d'avertissements sur résultats et d'indicateurs économiques sans grand relief.

Pour autant, la croissance ailleurs qu'en Europe a dû aider les entreprises européennes à dégager une progression du bénéfice par action de l'ordre de 5% à 6% durant le deuxième trimestre, selon les estimations rassemblées par JPMorgan.

Cette hésitation peut aussi s'expliquer par une attitude attentiste avant une intervention du président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi à Londres en début de soirée et par la publication, également en début de soirée, du compte rendu de la réunion de juin de la Réserve fédérale.

Cette dernière perspective amène le dollar à fluctuer sans tendance bien affirmée, en baisse face à l'euro et en hausse contre le yen. Le billet vert a du mal à se sortir de marges de fluctuation relativement étroites face à ces deux monnaies, les investisseurs attendant une multiplication de signaux économiques forts avant de parier sérieusement sur une hausse des taux de la part de la Fed.

Des rendements des Treasuries qui varient peu, dans l'attente aussi des minutes de la Fed, n'aident pas non plus le dollar à se trouver une direction.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,4% (17,31 points) à 4.359,84 points. Le Footsie britannique a perdu 0,3%, tandis que le Dax allemand a gagné 0,36%. L'indice EuroStoxx 50 avance de 0,59% mais le FTSEurofirst 300 termine inchangé (+0,01%).

La Bourse de Lisbonne est bien en retrait de ses homologues européennes (-2,13%), emportée par les soucis que suscitent la santé de l'un des grands groupes financiers portugais. Espirito Santo Financial Group, principal actionnaire de la première banque portugaise par l'actif, lâche 11%. Banco Espirito Santo (BES) a elle-même abandonné 4,65%, troisième plus forte baisse de l'indice Euro Stoxx 600.

Les première et deuxième plus fortes baisses de cet indice sont également le fait de deux sociétés portugaises: EDP et Portugal Telecom qui cèdent respectivement 5,91% et 5,53%.

La famille Espirito Santo est surveillée de près par les autorités depuis qu'elle a reconnu en mai des irrégularités chez Espirito Santo International, une holding immatriculée au Luxembourg par le biais de laquelle elle a détenu une partie de la banque.

L'indice PSI, qui avait gagné 24% au cours des 12 derniers mois, sous-performe les autres indices européens en raison des troubles qui agitent BES et d'indicateurs économiques décevants le mois dernier.

Quelques annonces décevantes sur le front des sociétés européennes à leur tour les investisseurs à la prudence. L'assureur britannique Admiral(-3,3%) a fait état d'une baisse du chiffre d'affaires trimestriel, tandis que Sodexo (-1,75%) a revu en baisse ses prévisions de croissance de l'activité sur l'année.

Au point de vue sectoriel, c'est la distribution qui accuse la plus forte baisse du jour, baisse contenue toutefois puisque limitée à -0,49%.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut refluent, en raison du redémarrage de la production d'un site libyen. Quant aux réserves américaines, si celles de brut ont diminué la semaine dernière, celles d'essence ont augmenté en raison d'une baisse de la demande même en pleine saison estivale.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Nicolas Delame)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant