Les Bourses européennes terminent en ordre dispersé

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en ordre dispersé lundi, à l'issue d'une séance creuse avec la fermeture des marchés américains pour le Presidents' Day, tandis que le yen repartait en baisse, le G20 s'étant gardé de critiquer la politique de relance du Japon.

L'approche des élections législatives italiennes des 24 et 25 février, dont l'issue apparaît de plus en plus incertaine, incite également les investisseurs à la prudence.

L'euro a perdu de son côté un peu de terrain après des déclarations du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, soulignant l'importance du taux de la devise européenne pour la croissance et la stabilité des prix en zone euro.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en légère hausse de 0,18% à 3.667,04 points. Le Footsie britannique a perdu 0,16% mais le Dax allemand a gagné 0,46%, soutenu par RWE et E.ON, en tête des hausses avec des gains respectifs de 3,38% et 2,24%.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a fini sur une note stable (+0,05%) alors que l'EuroFirst 300 a perdu 0,2%, en baisse pour la troisième séance d'affilée.

"Nous avons toutes les chances de voir les marchés baisser un peu à court terme", estime Henk Potts, stratège de marché chez Barclays, qui reste toutefois optimiste à plus long terme après la consolidation en cours.

"Je continue à penser qu'à moyen et long termes, les fondamentaux restent incroyablement positifs avec l'amélioration de la rentabilité des sociétés, l'activité de fusions et acquisitions, les bilans solides et les valorisations faibles."

Le regain de volatilité sur le marché des changes, dont le G7 puis le G20 se sont émus, n'a pas contaminé jusqu'ici les autres grandes classes d'actifs, en particulier les marchés actions et obligataires mais cette dichotomie pourrait ne pas durer, montrent des graphiques.

Le yen a reculé de plus de 0,5% face au billet vert, à près de 94 pour un dollar, et de 0,33% face à la devise européenne, autour de 125,50 pour un euro.

Aux valeurs, Natixis s'est envolé de 22,47%, les investisseurs ayant salué l'annonce par la banque d'une restructuration de ses activités et de ses liens avec BPCE.

A Amsterdam, le groupe de messagerie TNT a gagné 4,27% après avoir annoncé qu'il allait chercher à céder des actifs pour se restructurer dans la foulée de l'annonce d'une perte au quatrième trimestre.

Le brasseur Carlsberg, au contraire, a plongé de 5,81% après l'annonce de l'abandon de sa prévision de marge bénéficiaire pour l'Europe de l'Est.

Les rendements des obligations italiennes et espagnoles s'inscrivent en hausse dans l'attente, là encore, du dénouement de la campagne électorale en Italie. Les rendements à 10 ans s'élèvent à plus de 4,41% en Italie et de 5,25% en Espagne au moment de la clôture en Europe.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant