Les Bourses européennes terminent en nette progression

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette progression jeudi - à de nouveaux records de quatre ans et demi - soutenues par de bonnes nouvelles sur le front des entreprises, notamment de l'assureur italien Generali, et une série de bons indicateurs concernant l'économie américaine.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué aux Etats-Unis à 332.000, alors que les économistes attendaient en moyenne 350.000, avec une moyenne mobile sur quatre semaines à son plus bas niveau en cinq ans.

"Chaque semaine de baisse des inscriptions au chômage vient confirmer qu'il ne s'agit pas d'une anomalie, ce qui est très important", commente Jack De Gan, responsable de l'investissement chez Harbor Advisory Corp, ajoutant que la baisse du chômage est "l'une des raisons pour lesquelles le marché s'est si bien tenu depuis le début de l'année".

À Paris, l'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 0,93% à 3.871,58 points. Le Footsie britannique a pris 0,74% et le Dax allemand 1,1%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a gagné 1,48%. Milan a repris 2,45% et Madrid 1,88%.

A la clôture des marchés européens, les grands indices américains gagnaient encore 0,4% à 0,5%, avec un indice Dow Jones engagé dans sa 10e séance de hausse d'affilée et un indice S&P 500 qui semble s'orienter vers un nouveau record historique de clôture.

L'indice des télécoms a pris 2,75%, plus forte hausse sectorielle en Europe, tiré notamment par un gain de 6,61% de France Télécom, plus forte hausse du CAC 40.

Les bancaires (+1,75%) et les assurances (+1,93%) figurent aussi parmi les secteurs ayant particulièrement bien profité du regain d'optimisme sur la croissance américaine.

Generali a bondi de 9,35%, plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, après l'annonce d'un bénéfice opérationnel meilleur que prévu .

Volkswagen en revanche a perdu 1,11%, l'une des rares baisses de l'EuroStoxx 50. Son président du directoire a mis en garde les investisseurs contre les "défis" auquel le groupe sera confronté en 2013, dont la baisse de ses ventes sur le marché européen.

De son côté, le dollar se replie en fin de journée face à l'euro, après avoir atteint un plus haut de trois mois en réaction à la baisse du déficit courant américain. L'euro repasse la barre de 1,30 dollar, après avoir touché son plus bas depuis décembre 2010 de 1,2910 en séance, la reprise en zone euro étant nettement plus difficile qu'aux Etats-Unis.

Sur le marché obligataire, le Trésor espagnol a adjugé jeudi 803 millions d'euros d'obligations à échéance 2029, 2040 et 2041, avec des rendements en baisse.

Pour autant, le rendement du 10 ans espagnol a progressé de 7 pdb à 4,86%, conséquence également de cette adjudication en trois tranches que le marché doit prendre le temps de digérer.

La hausse des Bourses européennes a par ailleurs prélevé son tribut sur les Bunds, dont les futures ont légèrement fléchi.

Sur le front du pétrole, le Brent se reprend, avec l'ensemble des actifs à risque, au-dessus des 109,50 dollars/baril, après quatre séances de baisse. Toutefois, ses gains sont limités par les récentes révisions en baisse des prévisions de demande mondiale de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) et du service d'information sur l'énergie du gouvernement américain.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant