Les Bourses européennes terminent en nette progression

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette progression mercredi - tout comme le baril de pétrole - soutenues par de bons résultats de sociétés et l'espoir d'une prochaine baisse des taux en zone euro, renforcé par des nouveaux signes de fragilité de l'économie allemande.

L'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne a reculé à 104,4 en avril, en-deçà des estimations les plus pessimistes, une baisse qui confirme que la première économie européenne peine à sortir de la contraction qu'elle a connue à la fin de 2012.

La dégradation du climat des affaires, annoncée au lendemain des enquêtes PMI qui ont montré une contraction inattendue du secteur privé allemand en avril, renforce l'hypothèse d'une baisse des taux de la Banque centrale européenne à l'occasion de sa prochaine réunion du 2 mai.

À Paris, l'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 1,58% à 3.842,94 points. Le Footsie britannique a pris 0,4% et le Dax allemand 1,32%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 pris 1,47%. Les cycliques ont mené la hausse, dans l'optique d'une baisse des taux.

"Les investisseurs sont convaincus que la BCE s'apprête à abaisser ses taux et cela signifie tout simplement plus de liquidité. C'est l'élément fort qui soutient la tendance sur des marchés d'actions", dit Peter Cardillo, économiste chez Rockwell Global Capital à New York.

Wall Street stagne en revanche, des commandes de biens durables en baisse plus forte que prévu tendant à effacer l'impact positif de quelques bons résultats.

A la clôture en Europe, les indices new-yorkais évoluent de -0,1% à +0,1%. Boeing gagne 3,5%, mais Procter & Gamble perd 4,7%, après la publication de leurs résultats.

En Europe, PSA, valeur du jour, a signé la plus forte hausse du SBF 120 avec un gain de 10,43% dans des volumes étoffés. Le groupe, dont le chiffre d'affaires a reculé de 6,5% au premier trimestre, a dit qu'il faudrait de nouvelles mesures d'économies en France pour atteindre son objectif d'un free cash flow à l'équilibre à la fin de 2014.

Volkswagen, qui a publié des résultats légèrement supérieurs aux attentes, s'est adjugé 2,59% à Francfort, alors que Daimler a perdu 0,78%, l'un des plus nets reculs de l'EuroStoxx 50, après avoir renoncé à ses objectifs 2013.

L'euro se stabilise juste sous la barre de 1,30 dollar, le bas de sa récente fourchette de variation, après avoir touché un plus bas de trois semaines autour de 1,2950 après l'indice Ifo.

Le dollar perd un peu de terrain face à la monnaie japonaise (-0,11%) et se traite autour de 99,35 yens, après avoir buté sur le seuil psychologique des 100 yens.

Sur le marché obligataire, après une brève hausse, les futures sur Bunds allemands se sont repliés après une adjudication de titres à 30 ans allemands qui n'a pas attiré une demande aussi forte qu'à la précédente adjudication.

Le rendement de l'emprunt d'Etat italien à 10 ans est repassé tout juste au-dessus de la barre des 4%, la prudence restant de mise quant à l'évolution de la situation politique en Italie.

Le président italien Giorgio Napolitano a demandé à Enrico Letta, jeune dirigeant de centre gauche modéré, de former un nouveau gouvernement, deux mois après les élections qui ont plongé la péninsule dans une impasse politique.

Le baril de Brent gagne 1,24% et évolue au dessus du seuil des 101,50 dollars, dopé par la bonne tenue des actions et la baisse moins forte que prévu des stocks de brut.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant