Les Bourses européennes terminent en nette baisse

le
1
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont chuté assez lourdement mardi, plombées par la publication d'indicateurs montrant un ralentissement de la croissance de l'activité dans le secteur privé de la zone euro, notamment en France.

À Paris, le CAC 40 a lâché 1,87%, soit 83,20 points, à 4.359,35 points, revenant à son plus bas niveau depuis la fin août.. À Francfort, le Dax a cédé 1,58% et à Londres, le FTSE a reculé de 1,44%. Les indices européens EuroStoxx 50 et FTSEurofirst 300 ont perdu respectivement 1,58% et 1,32%.

Les premiers résultats des enquêtes Markit, publiés dans la matinée, indiquent que la croissance de l'activité du secteur privé de la zone euro a légèrement ralenti en septembre et que les entreprises ont baissé leurs prix pour le 30e mois d'affilée.

En France, la contraction de l'activité s'est légèrement accentuée, les services retombant dans le rouge tandis que le repli de l'industrie s'atténuait.

Les indicateurs chinois ne sont pas beaucoup plus rassurants pour les marchés. Si l'activité du secteur manufacturier de la deuxième économie du monde a bénéficié en septembre d'une embellie inattendue, l'emploi est tombé à son plus bas niveau depuis cinq ans et demi.

Ces chiffres mitigés et les premiers raids aériens de la coalition emmenée par les Etats-Unis contre des positions tenues par l'Etat islamique en Syrie ont fait monter les obligations d'Etat américaines, considérées comme des valeurs refuge. Le rendement des Treasuries à 30 ans ainsi touché son plus bas niveau depuis le 11 septembre.

Aux valeurs, le fabricant britannique d'édulcorants Tate & Lyle a signé la plus forte baisse du Stoxx 600, dégringolant de 16,72% après avoir à nouveau averti sur ses résultats.

La banque autrichienne Raiffeisen, qui anticipe la première perte annuelle de son histoire en raison d'une hausse du coût du risque liée à l'Ukraine et à la Hongrie (), a plongé de 9,99%, la plus forte baisse de l'Eurofirst 300.

Les valeurs automobiles ont souffert également, pénalisées par les indicateurs d'activité ainsi que par une note d'UBS abaissant ses objectifs de cours sur la plupart des grands noms européens. A Paris, Valeo et Michelin ont perdu respectivement 4,23 et 3,57%, les deux plus fortes baisses d'un CAC 40 presque entièrement dans le rouge.

A l'heure de la clôture en Europe, Wall Street était orientée à la baisse avec des investisseurs rendus inquiets par les premières frappes américaines en Syrie ainsi que par les mesures contre l'inversion fiscale adoptées par l'administration Obama.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le mardi 23 sept 2014 à 18:19

    Les banksters sont revenus (de vacances).