Les Bourses européennes terminent en net repli, Paris cède 1,36%

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net repli lundi après la publication d'une enquête suggérant une baisse de l'activité industrielle en Chine au premier trimestre, une évolution inquiétante pour la croissance mondiale qui s'ajoute aux tensions géopolitiques.

L'activité du secteur manufacturier chinois s'est contractée au premier trimestre, à en croire les derniers résultats de l'enquête PMI Markit auprès des directeurs d'achats. L'indice PMI sectoriel est revenu à 48,1 en mars, un plus bas de huit mois, après 48,5 en février.

Parallèlement, les tensions entre l'Ukraine et la Russie continuent de faire craindre un impact économique à grande échelle. Washington a exprimé sa préoccupation face aux concentrations de troupes russes près de l'Ukraine, tandis qu'une réunion des chefs d'Etat et de gouvernement du G7 se tient à La Haye en fin de journée.

À Paris, le CAC 40 a fini en repli de 1,36% (-58,94 points) à 4.276,34. Le Footsie britannique a cédé 0,56% et le Dax allemand 1,65%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 abandonnait 1,41% et le FTSEurofirst 300 1,08%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était elle aussi dans le rouge, victime de prises de bénéfice sur les secteurs les plus favorisés par la hausse des derniers mois, comme les technologiques ou les biotechnologiques.

Netflix, plus forte hausse du S&P-500 l'an dernier, abandonnait 7,6% et l'indice Nasdaq Biotech, qui a gagné plus de 300% sur les cinq dernières années, reculait de 3,2%.

En Europe, les valeurs technologiques et les chimiques ont cédé respectivement 1,66% et 1,77%. Alcatel-Lucent (-5,69%) affiche la plus forte baisse du CAC 40 et l'une des plus vives du FTSEurofirst 300.

Sur le marché des changes, le dollar est en légère hausse face à l'euro, autour de 1,3790, après les PMI flash allemands, qui montrent un léger ralentissement de la croissance. La monnaie unique avait brièvement profité en début de matinée des PMI français, qui montrent un retour à la croissance de l'activité.

Tandis que les inquiétudes géopolitiques et économiques profitent aux emprunts d'Etat, le pétrole est pratiquement stable, le soutien apporté aux cours par la crise ukrainienne compensant l'impact baissier du PMI chinois.

(Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant