Les Bourses européennes terminent en léger recul

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en léger recul mercredi, marquant une pause après deux séances de rebond, dans des marchés où les questions de politique monétaire ont pris momentanément le pas sur les tensions géopolitiques.

Les investisseurs attendent le compte-rendu de la réunion de juillet de la Réserve fédérale américaine, prévu à 18h00 GMT, dans l'espoir de se faire une idée plus précise du calendrier du relèvement de ses taux aux Etats-Unis.

Les intervenants ont déjà pris connaissance dans la journée de celui de la Banque d'Angleterre qui a montré que deux des neuf membres de son Comité de politique monétaire (MPC) ont voté en faveur d'un relèvement immédiat des taux lors de la réunion du début du mois, une première en trois ans.

Une rencontre annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole, dans l'Etat du Wyoming, de jeudi à samedi, pourrait également les éclairer sur les intentions de la Banque centrale américaine.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,32% à 4.240,79 points. Le Footsie britannique a perdu 0,35% et le Dax allemand 0,21%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,25% et le FTSEurofirst 300 0,07%.

Aux valeurs, GDF Suez a perdu 2,26%, le plus net recul du CAC. Deux réacteurs belges exploités par sa filiale Electrabel pourraient ne jamais redémarrer en raison de microfissures.

Ailleurs en Europe, Carlsberg a cédé 3,61% après avoir annoncé que son bénéfice d'exploitation 2014 serait inférieur à celui de 2013 en raison de la dégradation de ses ventes en Europe de l'Est, notamment en Russie. Heineken, en revanche, a bondi de 8,34% après des résultats meilleurs que prévu au premier semestre.

Sur le marché des changes, la livre a rebondi sur ses plus bas de cinq mois touchés en début de semaine, sans la foulée de la publication des "minutes" de la Banque d'Angleterre.

"Un vote partagé montre qu'on se rapproche d'un premier relèvement de taux (de la Banque d'Angleterre)", estime Philippe Gudin, économiste chez Barclays. "Nous tablons sur un soutien croissant en faveur d'une hausse des taux dans les mois à venir, et prévoyons un premier relèvement avant la fin de l'année."

Le dollar gagne 0,2%, vers plus hauts d'un an face à un panier de devises de référence, et l'euro a glissé sous la barre de 1,33 dollar pour la première fois en 11 mois, le repli plus net que prévu des prix à la production en Allemagne ayant alimenté les craintes de déflation en zone euro.

Sur le front du pétrole, le brut léger américain gagne plus d'un dollar le baril en ce jour d'expiration du contrat de septembre et après l'annonce d'une forte baisse des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis, alors que le Brent reprend 22 cents, autour de 101,80 dollars le baril, après avoir touché ses plus bas niveaux en près de 14 mois en début de semaine.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Nicolas Delame)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant