Les Bourses européennes terminent en léger recul

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé vendredi en léger recul, ayant réduit leurs pertes dans l'après-midi à la suite de l'annonce d'un nombre plus important que prévu de créations d'emplois aux Etats-Unis en janvier, dans des marchés qui restent toutefois prudents dans la crainte d'une impasse sur la dette grecque.

Les créations d'emplois ont atteint 257.000 aux Etats-Unis, alors que les économistes s'attendaient à 234.000, et les salaires ont rebondi, ce qui illustre la vigueur de l'économie américaine et ravive l'hypothèse d'un relèvement des taux d'intérêt de la Réserve fédérale vers le milieu de l'année.

"Il y a eu une amélioration généralisée des données économiques aux Etats-Unis, ce qui apaise vraiment les craintes que nous avions qu'il y ait eu un ralentissement en janvier", dit Chris Beauchamp, analyste chez IG.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,26% à 4.691,03 points. Le Footsie britannique a cédé 0,18% et le Dax allemand 0,54%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a perdu 0,32% et que le FTSEurofirst 300 a avancé de 0,2%, après avoir touché son plus haut niveau en sept ans, à 1.492,39 points, en cours de séance.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 a progressé de 1,89%.

A la clôture en Europe, les indices américains progressent de 0,2% à 0,4% et le dollar gagne du terrain face à un panier de devises, atteignant un pic de trois semaines et demi face au yen, en réaction aux bons chiffres de l'emploi.

L'euro se traite à 1,1328 dollar, en repli de 1,28% face au billet vert.

Toutefois, les investisseurs sont restés prudents sur la Grèce, où les actions des grandes banques, Alpha Bank, Banque du Pirée et Banque nationale de Grèce, ont perdu de 5,7% à 12% face au risque d'un blocage des négociations entre Athènes et ses créanciers.

La Bourse d'Athènes a perdu 1,97%. Elle a toutefois repris plus de 11% sur la semaine, effaçant 80% de sa baisse de la semaine précédente, qui suivait la victoire du parti de la gauche radicale Syriza aux élections législatives.

Le nouveau gouvernement grec, isolé lors de sa première réunion à haut niveau de la zone euro jeudi, aura l'occasion de défendre ses positions lors d'une réunion exceptionnelle des ministres des Finances de la région mercredi, a-t-on appris de sources de l'Union européenne.

Aux valeurs, Statoil a pris 2,15% après avoir annoncé une perte inattendue au quatrième trimestre en raison de charges exceptionnelles mais maintenu son dividende malgré la chute des cours pétroliers.

A Paris, Alcatel-Lucent s'est adjugé 3,51%, plus forte hausse du CAC. L'équipementier télécoms a réaffirmé sa confiance dans sa capacité à atteindre ses objectifs annuels après un quatrième trimestre marqué par une amélioration sensible de sa marge grâce aux réductions de coûts.

L'opérateur télécoms suisse Sunrise s'est envolé de 11,76% pour ses débuts en Bourse. Son introduction s'est faite à 68 francs par action, soit une capitalisation de 3,06 milliards de francs (2,9 milliards d'euros), ce qui en fait plus importante IPO en Suisse depuis 2006.

Le fournisseur britannique d'ingrédients Tate & Lyle a chuté de 13,69% après avoir averti que son bénéfice annuel serait inférieur à la fourchette avancée en septembre en raison d'une mauvaise performance dans les édulcorants au troisième trimestre.

Sur le front du pétrole, le Brent gagne 1,2 dollar à 57,78 dollars le baril et s'apprête a afficher sa plus forte hausse hebdomadaire depuis 2011, soutenu par la montée de la violence en Libye et les bons indicateurs américains.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant