Les Bourses européennes terminent en léger recul

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en léger recul mercredi, les investisseurs hésitant encore à pousser les indices au-delà des records touchés lundi, avec un secteur du luxe délaissé en raison de sa forte exposition aux marchés émergents

À Paris, le CAC 40 a fini en baisse de 0,4% à 4.396,91 points. Le Footsie britannique a perdu 0,46% et le Dax allemand 0,39%, l'indice EuroStoxx 50 0,29% et le FTSEurofirst 300 0,2%.

A la clôture en Europe, les grands indices américains étaient soutenus par de bons résultats, notamment dans le segment de la grande consommation, dans un marché prudent à la veille de l'audition très attendue de Janet Yellen, présidente de la Réserve fédérale, devant le Sénat.

Les marchés européens ont connu un vif rebond depuis trois semaines grâce à de bons résultats et à l'amélioration de la conjoncture en zone euro.

Le récent "rally" a propulsé plusieurs indices à des nouveaux record cette semaine, notamment le CAC 40 qui a clôturé à son plus haut niveau depuis début septembre 2008, tandis que l'indice S&P 500 touchait un pic historique en séance, sans parvenir à confirmer ce record en clôture.

"Les indices actions en Europe restent toujours dans une phase d'impulsion haussière. La dynamique haussière reste forte", commente Gérard Sagnier, analyste graphique chez Aurel BGC, qui recommande de profiter de tous les replis des marchés pour réaliser des achats à bon compte.

Les valeurs du luxe ont figuré parmi les plus fortes baisses du jour, avec une perte de 1,6% pour LVMH et de 2,16% pour Kering, à la suite d'une note négative de Credit Suisse qui n'est plus à l'achat sur le secteur en raison de sa forte exposition à la Chine et aux marchés émergents.

LVMH a perdu 10% depuis mi-septembre et Kering 15%, sous-performant très fortement l'EuroFirst 300 et le CAC, qui ont pris 7% et 12% sur la période.

Ailleurs, Airbus (+1,62%) a enregistré une des plus fortes hausses de l'EuroStoxx 50 après avoir annoncé une hausse de la cadence de production de l'A320 et une amélioration de sa rentabilité cette année.

STMicroelectronics a fini en tête de l'indice SBF 120 alors que le directeur Europe du groupe, Paul Grimme, a déclaré à Bloomberg que le marché des semi-conducteurs se stabilisait en zone euro.

Les télécoms ont perdu du terrain après la présentation par Bouygues d'une nouvelle offre fixe en France, qualifiée de moins chère du marché.

Iliad s'est effondrée (-5,75%) et Orange a perdu 3,37%, l'un des plus nets reculs du Stoxx 50. Bouygues, qui a aussi publié de bons résultats, a fini sur une note stable.

A Bruxelles, AB InBev (+2,79%), premier brasseur mondial, affiche la plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, ayant profité de ses bonnes perspectives de ventes en volume cette année, après une année 2013 difficile.

Sur le marché des changes, le rouble a touché un plus bas de cinq ans face à l'escalade des tensions en Ukraine, tandis que le yuan reprenait un peu de terrain après avoir accusé la veille sa plus forte baisse en trois ans. Les économistes soupçonnent la banque centrale chinoise de vouloir alimenter la volatilité de la devise en vue d'un élargissement de sa marge de fluctuation.

Le dollar a atteint un pic de deux semaines face à un panier de devises, les investisseurs cherchant refuge auprès de la devise américaine dans le contexte actuel de tensions autour de la Russie et en Ukraine.

L'or a touché un pic de quatre mois, à 1.345,35 dollars l'once en séance.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant