Les Bourses européennes terminent en hausse, sauf Francfort

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - A l'exception de Francfort, les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse jeudi, mais sur l'ensemble d'une semaine écourtée pour cause de week-end pascal prolongé, elles affichent une nette baisse, avec par exemple un recul de 3,04% pour le CAC 40 à Paris, en raison surtout des inquiétudes concernant la situation financière de l'Espagne.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,19% (6,34 points) sur la journée, à 3.319,81 points. Le Footsie britannique a gagné 0,35% tandis que le Dax allemand a cédé 0,13%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a pris 0,12%.

Les échanges ont été volatils tout au long de la séance, qui s'est finalement soldée par un léger gain grâce à une poussée des valeurs minières, dont l'indice sectoriel a bondi de 1,82%, de loin la meilleure performance de la session, devant les pétrolières (+0,81%).

La bonne tenue de ces compartiments éminemment cycliques, qui avaient subi de lourdes pertes au cours des deux séances précédentes, s'explique en partie par l'anticipation de chiffres positifs en matière d'emploi aux Etats-Unis.

"Les marchés sont fermés demain, donc, si vous êtes un investisseur et que vous pensez que cette statistique sera meilleure que prévu, alors vous achetez. Cet indicateur devrait illustrer une nouvelle amélioration du marché du travail aux Etats-Unis et les bons chiffres de l'emploi de ces derniers mois ont contribué à alimenter le rally boursier en cours", a dit un courtier basé à Londres.

En raison du Vendredi saint, toutes les principales Bourses, hormis les places asiatiques, seront fermées vendredi et certaines (Euronext, Londres, Francfort, Madrid, Zurich et Hong Kong entre autres) ne rouvriront que mardi en raison du lundi de Pâques.

Ce long week-end n'empêchera toutefois pas le département du Travail américain de publier vendredi les chiffres mensuels de l'emploi, toujours très attendus par les investisseurs.

Les économistes interrogés par Reuters anticipent pour mars 203.000 créations de postes hors secteur agricole après 227.000 en février.

Une adjudication du Trésor espagnol marquée mercredi par une demande faible et des rendements en hausse, malgré le budget d'austérité présenté par Madrid, a ravivé les tensions sur les dettes des pays périphériques de la zone euro et alimenté un mouvement de fuite vers la qualité dont ont bénéficié notamment les Bunds allemands.

Aux interrogations des investisseurs sur la viabilité des comptes publics de certains pays de la zone euro est venue s'ajouter jeudi la déception liée à des indicateurs (production manufacturière en Allemagne et en Grande-Bretagne) moins bons que prévu, soulignant la faiblesse de l'activité en Europe.

Même si elles n'étaient pas tout à fait conformes aux attentes des économistes, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, en touchant un plus bas de près de quatre ans, illustrent l'écart entre les deux rives de l'Atlantique en termes de conjoncture.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant