Les Bourses européennes terminent en hausse, espoirs sur la BCE

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi, soutenues par les espoirs d'un assouplissement de la politique monétaire de la BCE avant la fin de l'année et par la progression du cours du géant bancaire HSBC après ses résultats.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a terminé sur un gain de 0,31% à 1.293,52 points après avoir inscrit en séance un nouveau plus haut de cinq ans à 1.297,01.

L'EuroStoxx 50 a pris 0,3%. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,36% à 4.288,59 points. Le Footsie britannique et le Dax allemand ont progressé respectivement de 0,43% et 0,33%.

HSBC a gagné 2,28%, apportant la plus forte contribution à la hausse du FTSEurofirst 300, après avoir publié un bénéfice trimestriel en hausse de 10%, accompagné de prévisions optimistes.

Plus largement, les marchés actions européens ont bénéficié des anticipations d'un assouplissement du discours, sinon de la politique des taux de la BCE à l'occasion de la réunion du Conseil des gouverneurs jeudi, après le ralentissement marqué de l'inflation dans la zone euro. Les professionnels des marchés monétaires interrogés par Reuters n'anticipent toutefois pas de baisse de taux ce mois-ci.

A la baisse, Alcatel-Lucent a chuté de 3,81% après l'annonce d'une augmentation de capital de près d'un milliard d'euros et la compagnie aérienne irlandaise Ryanair de 12,6% après avoir revu à la baisse ses prévisions.

Les banques suisses UBS et Credit Suisse ont cédé 6,69% et 5,27% respectivement, le marché craignant qu'elles se voient imposer par Berne des ratios de solvabilité plus stricts encore qu'attendu.

A Wall Street, au moment de la clôture européenne, le Dow Jones cédait 0,07%, le Standard & Poor's 500 gagnait 0,11% et le Nasdaq prenait 0,17%.

Blackberry chutait de près de 14% après l'annonce de l'abandon du projet de cession du groupe au profit d'une émission d'obligations convertibles d'un milliard de dollars.

Sur le marché des changes, l'euro rebondit au-dessus de 1,35 dollar après le plus bas de six semaines touché en début de séance à 1,3441 (contre un pic de 1,3831 le 25 octobre), soutenu par les résultats définitifs des enquêtes PMI montrant une accélération de la croissance dans le secteur manufacturier européen le mois dernier, malgré la contraction persistante de l'activité en France.

Les spéculations sur la BCE profitent aux obligations d'Etat de la zone euro, tous émetteurs confondus.

Le pétrole, lui, se stabilise, autour de 106 dollars le baril pour le Brent et de 94,50 pour le brut léger américain (WTI), la baisse plus marquée qu'attendu de certaines commandes de biens durables aux Etats-Unis en septembre (plaidant contre une réduction prochaine du soutien de la Réserve fédérale aux marchés et à l'activité économique.

Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant