Les Bourses européennes terminent en hausse

le
0
Les Bourses européennes terminent en hausse
Les Bourses européennes terminent en hausse

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse sensible lundi, à l'exception d'Athènes, après avoir touché un plus bas de quatre mois en cours de matinée dans la crainte que les résultats des élections en France, et surtout en Grèce, ne compliquent la sortie de crise en Europe.

À Paris, le CAC 40 a clôturé en hausse de 1,65% à 3.214,22 points, après avoir affiché une perte maximum de 1,8% en matinée. À Francfort, le Dax a fini sur un petit gain de 0,12%, mais l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 a pris 1,55%. La Bourse d'Athènes a chuté de 6,67%, tandis que Madrid a gagné 2,72% et Milan 2,56%.

La Bourse de Londres était fermée.

L'indice de volatilité de l'EuroStoxx50, le VStoxx, principal baromètre de la peur sur les marchés européens, qui a grimpé jusqu'à 6%, a fini en baisse de 1,57%.

Le secteur bancaire (+1,67%) a fini en tête des hausses en Europe, juste derrière la construction et les matériaux de construction (+1,83%).

A Paris, Crédit Agricole, très implanté en Grèce via sa filiale Emporiki, a tout de même perdu 2,36% et signé le plus fort repli du CAC 40.

Des signes que l'Espagne est prête à utiliser des fonds publics pour aider ses banques en difficulté ont notamment favorisé la clôture positive des marchés européens.

Dans leur sillage, Wall Street limite ses pertes et l'euro a rebondi de son plus bas de trois mois contre le dollar touché dans la nuit.

Les marchés restent néanmoins nerveux et les volumes étroits.

"Il vaut mieux se garder de tirer des conclusions de la séance d'aujourd'hui; il ne faut pas oublier que Londres était fermée. Demain on pourrait avoir une toute autre histoire", commente un trader basé à Paris.

Les élections législatives grecques se sont traduites par une chute des deux principaux partis, Nouvelle démocratie (conservateur) et Pasok (socialiste), les seuls favorables aux mesures d'austérité imposées par le plan de sauvetage du pays, alors que le socialiste François Hollande était élu à la présidence de la France.

Arrivés en tête, les conservateurs grecs se sont mis en quête de partenaires pour former une coalition gouvernementale qui continuerait à mener les réformes demandées par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

Pour ce qui est de la France, l'annonce par la chancelière allemande Angela Merkel qu'elle accueillerait le nouveau président "les bras ouverts", après celle de Standard & Poor's selon laquelle l'élection de François Hollande était sans incidence sur la note de la France, ont quelque peu rassuré les investisseurs en cours de séance.

L'euro s'échangeait autour de 1,3045 dollar à la clôture des Bourses européennes, après avoir enfoncé la barre des 1,30 dollar et inscrit un plus bas de trois mois contre le dollar et de trois mois et demi contre la livre sterling.

Juliette Rouillon, édité par Natalie Huet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant