Les Bourses européennes terminent en hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont globalement terminé en hausse lundi, le sentiment que la situation politique peut se débloquer en Italie l'ayant emporté sur l'impact négatif du coup d'arrêt au redressement du marché immobilier américain et sur des résultats trimestriels mitigés.

Les reventes de logements aux Etats-Unis ont enregistré une légère baisse, de 0,6%, en mars, traduisant une pause dans la reprise du marché immobilier qui a fortement contribué à la reprise de l'économie américaine.

La séance a été marquée par une nette progression des Bourses de Milan et Madrid, de respectivement 1,66% et 1,42%, après la réélection du président italien Giorgio Napolitano, qui ouvre la porte, pour certains observateurs, à la formation prochaine d'un gouvernement après deux mois de vide du pouvoir à la suite des législatives de février.

Ailleurs, l'indice CAC 40 parisien a terminé sur une note quasiment inchangée à 3.652,13 points et le Dax allemand a progressé de 0,24%. Le Footsie britannique a cédé 0,09% après l'annonce de la dégradation par Fitch de la note souveraine de la Grande-Bretagne.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a pris 0,33% et le FTEU3 0,13%.

"Lorsqu'on est dans un environnement mondial qui injecte tant de liquidités (...) il est très dangereux de parier contre la tendance à la hausse des actifs à risque", souligne Ian Richards, responsable de la stratégie actions chez Exane BNP Paribas.

A la clôture en Europe, les indices américains évoluaient entre -0,35% pour le Dow Jones et +0,23% pour le Nasdaq composite après leur plus mauvaise semaine depuis le début de l'année, alors que Caterpillar a revu en baisse ses prévisions de résultats 2013.

Aux valeurs en Europe, Philips a chuté de 5,22%, plus net recul de l'EuroStoxx 50, après la publication d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, mais d'un chiffre d'affaires décevant et de perspectives toujours moroses pour le premier semestre.

Delhaize a bondi de 10,51%, signant la deuxième meilleure performance de l'indice Euro Stoxx 600; le distributeur belge a fait état d'un résultat opérationnel courant en hausse de 13,7%, à 214 millions d'euros, pour le premier trimestre.

Les futures sur les obligations italiennes à 10 ans gagnaient 1,24% après l'annonce d'une possible sortie de crise politique, avec un rendement du papier à 10 ans ramené de 4,22% vendredi soir à 4,08%, tandis que le rendement du 10 ans espagnol est retombé de 4,63% à 5,51%.

Les futures sur Bunds prenaient 0,3%, l'anticipation de mauvais indicateurs cette semaine confortant le scénario de baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE). Les investisseurs attendent mardi les indices PMI "flash" de la zone euro et mercredi l'indice Ifo allemand.

Sur le marché des changes, le yen progresse légèrement face au dollar mais reste proche du seuil des 100 yens. Vendredi, le Japon avait estimé avoir obtenu un quitus du G20 à sa politique monétaire ultra-accommodante, ce pèse lourdement sur sa monnaie.

L'euro recule face au billet vert, se rapprochant du bas de sa récente fourchette de variations, les cambistes étant sensibles aux déclarations des responsables de la BCE évoquant une possible baisse des taux d'intérêt. et

Le baril de Brent est reparti à la hausse et a franchi le seuil des 100 dollars le baril, prolongeant son rebond entamé jeudi après sa chute des dernières semaines.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant