Les Bourses européennes terminent en hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse, jeudi, tandis que Wall Street évolue dans le vert, rassurées par les dernières déclarations de Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale, sur l'opportunité de maintenir pour l'instant la politique monétaire très accommodante de la Fed.

Dans un discours prononcé mercredi soir, Ben Bernanke a expliqué que le message principal de la Réserve fédérale américaine était de dire qu'"une politique monétaire très accommodante était nécessaire" aussi loin qu'il était possible de le prévoir.

Ses propos ont conforté le sentiment général donné par le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed, de nombreux membres du FOMC ayant souhaité attendre davantage de signes de reprise durable avant de revenir sur la politique monétaire d'assouplissement quantitatif destinée à soutenir la croissance.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,74% à 3.868,98 points. Le Footsie britannique a pris 0,59% et le Dax allemand 1,14%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,81%.

Les secteurs cycliques et notamment celui des ressources naturelles (+3,92%) sont arrivés en tête des hausses en Europe.

"Le discours (de Ben Bernanke) disant que la Fed sera très accommodante dans un avenir prévisible est assez clair et le marché l'a adoré", souligne Doug Cote, stratège chez ING U.S. Investment Management à New York.

Toutefois, certains investisseurs estiment que le discours de la Fed manque de clarté comme en atteste l'extrême volatilité des marchés ces dernières temps.

"Tout ce discours sur la transparence ne semble guère porter ses fruits; les marchés n'ont jamais été aussi désorientés", commentait pour sa part Kim Forrest, analyste chez Fort Pitt Capital Group à Pittsburgh.

Le dollar, qui avait touché un plus haut de trois ans avant les déclarations de la Fed, a perdu du terrain face à un panier de devises de référence, retrouvant son plus bas depuis le 25 juin. Il se traite à 1,3050 pour un euro.

Les obligations du Trésor américain ont accentué leurs gains après la publication de chiffres montrant un nombre plus élevé que prévu d'inscriptions au chômage aux Etats-Unis la semaine dernière. Les futures sur Bund allemand sont en hausse avec le retour au risque.

Les matières premières sont, elles aussi, portées par le discours rassurant du président de la Fed. Toutefois, les cours du pétrole sont retombés en réaction à un rapport de l'Agence internationale de l'Energie évoquant l'explosion de l'offre avec le développement du pétrole de schiste, qui a refroidi l'enthousiasme déclenché par Ben Bernanke.

Le baril de Brent est retombé sous la barre des 105 dollars après avoir atteint 108,84 dollars dans la matinée, son plus haut niveau depuis le 3 avril, et le brut léger américain a enfoncé la barre des 105 dollars après avoir atteint son plus haut niveau depuis mars 2012 à plus de 107 dollars.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant