Les Bourses européennes terminent en hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

(Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, les craintes liées à la possible diminution dès le mois prochain des achats d'obligations de la Réserve fédérale américaine ayant reflué, au moins provisoirement.

Dans un marché toujours peu animé pour cause de congés estivaux, des intervenants soulignent que les places européennes conservent un potentiel d'appréciation, surtout après l'annonce mercredi d'une sortie de la zone euro la récession.

Alors qu'ils étaient dans le rouge à mi-séance, les principaux indices européens ont bénéficié dans l'après-midi du retournement à la hausse de Wall Street après un démarrage hésitant.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a fini sur une progression de 0,27% et l'EuroStoxx 50 a pris 0,65%. À Paris, le CAC 40 a gagné 0,75% à 4.123,89 points, un nouveau plus haut de l'année.

Le Footsie britannique a progressé de 0,26% et le Dax allemand de 0,19%.

Sur l'ensemble de la semaine, l'EuroStoxx 50 a pris 1,01% et le CAC 40 a gagné 1,16%, signant sa huitième semaine de hausse consécutive (+12,7% en cumulé sur la période).

A la Bourse de New York, au moment de la clôture en Europe, l'indice Dow Jones gagnait 0,07%, le Standard & Poor's 500 0,08% et le Nasdaq Composite 0,36%. Le Dow est néanmoins en passe d'enregistrer sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis avril, le S&P et le Nasdaq la plus mauvaise depuis juin.

Une partie des investisseurs craignent de voir la reprise américaine marquer le pas après une saison de résultats d'entreprise marquée entre autres par une croissance jugée décevante du chiffre d'affaires des sociétés cotées, même si les bénéfices ont répondu aux attentes.

Ce vendredi, l'indice du moral des ménages américains Reuters-Université du Michigan est en outre ressorti en baisse inattendue à 80,0 en première estimation pour août, et les mises en chantier légèrement en dessous des attentes. et

D'abord pénalisé par ces indicateurs, le dollar est désormais orienté à la hausse face aux autres grandes devises, soutenu par la montée des rendements obligataires américains, proches de leurs plus hauts niveaux depuis deux ans.

A l'inverse, les monnaies des pays émergents sont à la peine, à l'instar de la roupie indienne, qui a touché de nouveaux plus bas historiques.

Les rendements des emprunts d'Etat allemand, eux, ont confirmé leur hausse, toujours alimentée par la multiplication des signes d'amélioration de la conjoncture en Europe.

Sur le marché pétrolier, le Brent se stabilise au-dessus de 110 dollars le baril, consolidant les gains engrangés ces derniers jours sur fond de tensions et de violences en Egypte d'une part, de perturbations dans les exportations libyennes d'autre part.

Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant