Les Bourses européennes terminent en désordre

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

(Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé stable ou en baisse jeudi, plombées en fin de séance par l'annonce d'une contraction inattendue de l'activité manufacturière aux Etats-Unis en août et le repli des cours du pétrole, dans un contexte d'attentisme à la veille de la publication du rapport sur l'emploi américain.

L'activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis s'est légèrement contractée le mois dernier, contrairement aux attentes, selon les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM).

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé sur une note quasi-inchangée (+0,03% à 4.439,67 points). Le Footsie britannique a cédé 0,52% et le Dax allemand 0,55%, l'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,19% et le FTSEurofirst 300 de 0,16%, prolongeant les pertes de la veille.

L'attention est d'autant plus focalisée sur les indicateurs économiques depuis que la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, a déclaré la semaine dernière que la bonne performance du marché du travail renforçait les arguments en faveur d'un relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

Les investisseurs surveilleront surtout les données sur l'emploi publiées vendredi aux Etats-Unis pour voir si le rythme soutenu des embauches depuis juin se prolonge, ce qui augmenterait les chances que la Fed relève ses taux rapidement. Ils attendent 180.000 créations d'emplois, contre 255.000 en juillet.

"Tant la baisse des cours du pétrole que l'ISM reflètent la faiblesse de l'économie", dit Tim Ghriskey, responsable de l'investissement chez Solaris Asset Management à New York. "Il y a une crainte de déconnexion entre ce que pourrait faire la Fed et ce que ces données nous montrent."

Les cours du pétrole chutent de près de 3% après l'ISM et la publication de stocks de gaz naturel plus importants que prévu aux Etats-Unis.

Le dollar a également perdu du terrain en fin de journée à la suite de l'annonce d'une contraction du secteur manufacturier américain.

La livre sterling, qui a beaucoup baissé dans le sillage du vote du 23 juin pour une sortie de l'Union européenne, grimpe dans la foulée de l'annonce d'un redémarrage de l'activité manufacturière au Royaume-Uni. Dans la zone euro en revanche, ce secteur a ralenti, notamment en France et en Italie.

En Bourse, les valeurs liées à l'énergie (-0,73%) ont souffert.

Les banques (+0,83%) en revanche ont résisté à l'accès de faiblesse de l'après-midi, avec notamment des gains de 2,69% pour BNP Paribas à Paris et de 2,22% pour Commerzbank à Francfort.

Commerzbank et Deutsche Bank (-0,98%) ont parlé fin août d'un projet de fusion mais ont décidé de ne pas aller plus loin pour l'instant, a déclaré mercredi une source informée des discussions.

A Paris, Orange, qui discute avec le premier opérateur mobile iranien MCI d'une éventuelle coopération dans plusieurs domaines, a perdu 2,01%, l'un des vifs replis du CAC.

(Sam Forgione, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant