Les Bourses européennes terminent en baisse, sauf Francfort

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - A l'exception de Francfort, les principales Bourses européennes ont clôturé en baisse mercredi, après avoir atteint de nouveaux pics en séance, en raison de prise de bénéfices justifiées par les fortes hausses enregistrées mardi.

Selon Joshua Raymond, stratège chez City, les marchés d'actions resteront volatiles avant la publication demain des inscriptions au chômage aux Etats-Unis pour la semaine du 2 mars. Selon les analystes, ces chiffres seront susceptibles d'influencer les décisions des banques centrales de maintenir, ou non, des politiques monétaires de soutien de l'activité.

A l'inverse, Wall Street poursuit sa marche en avant après une nouvelle statistique allant dans le sens d'une reprise de l'économie américaine.

L'enquête mensuelle du cabinet de conseil ADP a en effet montré que le secteur privé avait créé plus d'emplois que prévu au mois de février.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,35% (13,43 points) à 3.773,76 points. Le Footsie britannique a perdu 0,07% tandis que le Dax allemand a gagné 0,62%. L'indice EuroStoxx 50 a fini en baisse de 0,12%.

Aux valeurs, Vodafone a clôturé en hausse de 6,76%, la plus forte progression de l'EuroFirst 300 et du Footsie à Londres, après de nouvelles informations de presse sur une possible fusion avec l'américain Verizon.

A Paris, Renault a gagné de 3,37% et signe la meilleure performance du CAC 40, après l'annonce qu'un accord de compétitivité, prévoyant une réduction des effectifs et un allongement du temps de travail en France, pourrait être signé à partir du 13 mars.

Sur le marché des changes, l'euro est reparti à la baisse évoluant sous la barre des 1,30 dollars, les cambistes anticipant une possible baisse des taux lors de la réunion de la BCE jeudi.

Le dollar s'inscrit également en hausse face au yen après l'annonce des créations d'emploi du secteur privé aux Etats-Unis.

Sur le marché obligataire, les rendements italiens se sont légèrement détendus pour la deuxième séance consécutive, les investisseurs comptant sur la BCE pour empêcher l'impasse politique à Rome de dégénérer en nouvelle crise de la dette.

Le cours du Brent s'inscrit à nouveau en baisse et évolue sous la barre des 111 dollars.

Constance De Cambiaire pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant