Les Bourses européennes terminent en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé jeudi en baisse dans un climat troublé par les mesures de rétorsion annoncées par Moscou après les sanctions qui lui ont été imposées par les puissances occidentales pour son rôle dans le conflit ukrainien.

À Paris, le CAC 40 a perdu 57,31 points (1,36%), à 4149,83 points. Le Footsie britannique et le Dax allemand ont reculé respectivement de 0,58 et 1%. Les indices européens sanctionnent une journée maussade pour les marchés avec -1,23% pour l'EuroStoxx 50 et -0,72% pour le FTSEurofirst 300.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a annoncé jeudi que son pays allait interdire l'importation de fruits, de légumes, de viandes, de poissons, de lait et de produits laitiers en provenance des Etats-Unis, de l'Union européenne, d'Australie, du Canada et de Norvège.

"L'ampleur des sanctions est difficile à évaluer parce que nous ne savons pas quand elles seront mises en place, combien de temps elles vont durer et si les entreprises ont les moyens de les contourner", a commenté Kerry Craig, stratégiste chez J.P. Morgan.

"Les investisseurs prennent également en compte la perte d'élan de l'économie (européenne) que nous constatons depuis deux mois. Ils regardent le monde autour d'eux et ajustent leurs portefeuilles en conséquence", a-t-il ajouté.

La Banque centrale européenne (BCE) a estimé jeudi que la crise ukrainienne faisait peser de nouveaux risques sur la fragile reprise de la zone euro. L'institut d'émission et de contrôle a annoncé qu'il ne touchait pas à ses taux directeurs et les maintiendrait aux très bas niveaux actuels pendant une période prolongée en raison de l'inégalité de la reprise et du faible niveau de l'inflation.

Le souffle court de l'économie européenne a été confirmé jeudi par une augmentation de la production industrielle nettement plus faible que prévu au mois de juin en Allemagne, pourtant le bon élève de la classe euro

La BCE est prête à s'engager dans une politique d'achats d'actifs sur les marchés financiers si les anticipations d'inflation à moyen terme évoluent, a déclaré son président, Mario Draghi.

Aux valeurs à Paris, le secteur télécoms reste sous pression, toujours pénalisé par la perspective d'un éloignement de la consolidation du marché français. Orange a ainsi perdu 2,83% la plus forte baisse d'un CAC 40 très majoritairement dans le rouge, à 10,99 euros.

Ailleurs en Europe et contre la tendance, Nestlé a pris 3,43% après avoir confirmé ses objectifs annuels à la faveur d'une reprise de la croissance des ventes dans les pays émergents au cours du deuxième trimestre

A l'heure de la clôture en Europe, Wall Street, qui avait ouvert en hausse après la publication d'une statistique encourageante sur l'emploi, était orientée à la baisse.

Les mesures de rétorsion annoncées par Moscou ont par ailleurs affecté l'euro, qui s'approchait d'un plus bas de neuf mois face à la monnaie américaine, autour de 1,3354 dollar.

Dans ce contexte tendu, les rendements des Bunds allemands ont touché leur plus bas niveau de la semaine et l'or est repassé au-dessus des 1.300 dollars l'once.. Les cours du pétrole, qui ont beaucoup baissé ces derniers temps en raison de la surabondance de l'offre, remontaient légèrement, le baril de Brent de la mer du Nord s'approchant à nouveau des 105 dollars.

(Patrick Vignal pour le service français, avec Marc Jones à Londres)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant