Les Bourses européennes terminent en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé mercredi en baisse, même si elles ont réduit leurs pertes dans l'après-midi avec la progression des valeurs parapétrolières, le rebond de Wall Street et les propos d'un membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) ayant contribué à rassurer des investisseurs toujours inquiets de l'évolution de l'économie chinoise.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en recul de 1,40% (63,81 points) à 4.501,05 points. Le Footsie britannique a abandonné 1,68% et le Dax allemand a cédé 1,29%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a baissé de 1,47% et le FTSEurofirst 300 de 1,86%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait en hausse, les trois principaux indices américains progressant de plus de 1%, notamment portés par l'annonce d'une progression nette et inattendue des commandes de biens durables en juillet aux Etats-Unis.

Autre facteur ayant ralenti la chute des marchés européens, le rebond du secteur pétrolier et parapétrolier après l'annonce du rachat de Cameron International par le numéro un mondial des services parapétroliers Schlumberger pour 14,8 milliards de dollars (12,9 milliards d'euros).

Dans ce secteur, le groupe français Technip a gagné 1,58%, enregistrant la plus forte hausse du CAC 40. L'italien Saipem, le britannique Petrofac et les norvégiens Aker Solutions et Subsea 7 ont affiché des gains compris entre 3,6% et 7,5%.

Le titre Syngenta s'est également distingué, plongeant de 18,2%, la plus forte chute de son histoire, après que l'américain Monsanto a annoncé renoncer à l'acquérir, le groupe suisse ayant rejeté une nouvelle offre améliorée émanant du numéro un mondial des semences.

L'un des membres du directoire de la BCE, Peter Praet, a déclaré mercredi que la chute des cours des matières premières compromettait l'objectif d'inflation visé par la banque centrale mais a assuré que celle-ci était prête "à agir en cas de besoin."

Ces propos ont rassuré les marchés mais font baisser l'euro, en recul d'environ 1% face au dollar. De son côté le billet vert progresse pour la deuxième séance consécutive face à un panier de devises de référence.

Le cours du Brent est en infime progression vers 16h GMT, tandis que celui du brut léger américain recule, les deux restant sous leurs seuils symboliques respectifs de 45 et 40 dollars le baril.

(Sudip Kar-Gupta et Alistair Smout; Myriam Rivet pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant