Les Bourses européennes terminent en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, effaçant une partie des gains enregistrés la veille, tandis que Wall Street perdait du terrain alors que la Fed se réunit ce mardi et mercredi pour un Comité de politique monétaire crucial au terme duquel elle annoncera si elle entame le dénouement de son plan de rachats d'actifs.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,24% (51,24 points) à 4.068,64 points. Le Footsie britannique a perdu 0,55% et le Dax allemand 0,86%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 lâchait 1,24% et le FTSEurofirst 300 0,80% à 16h45 GMT.

En France, comme ailleurs, l'avertissement sur résultats lancé par CGG a pesé sur la tendance et tout particulièrement sur les valeurs parapétrolières. CGG a abaissé sa prévision de résultat opérationnel (Ebit) pour l'exercice 2013 en raison de la dégradation des conditions de marché dans les services parapétroliers.

Le titre a fini en baisse de 16,85%, emmenant dans son sillage Technip (-4,54%), plus forte baisse du CAC-40, Petroleum Geo-Services (-4,69%) Petrofac (-3,73%)et Saipem (-2,32%). L'indice Stoxx du secteur européen de l'énergie a cédé 1,08%.

Les valeurs cycliques ont été délaissées. Lafarge a perdu 2,49%, Vinci 2,74%, Saint-Gobain 1,49% et Accor 1,01%.

A Wall Street, le Dow Jones cédait 0,24% au moment de la clôture européenne, le S&P-500 0,49% et le Nasdaq 0,39%. On y retient l'envolée de 27,2% affichée par KKR Financial Holdings dans le sillage de l'annonce de son rachat par sa maison mère KKR.

Sur le marché des changes, la livre a fortement reculé contre le dollar, tombant en séance à un plus bas de six semaines après l'annonce d'un ralentissement de l'inflation britannique revenue en novembre à un plus bas de quatre ans.

Le marché obligataire reste stable, les rendements à dix ans des Treasuries sont peu changés autour de 2,85%, tandis que leurs homologues allemands évoluent peu, à un niveau proche de 1,83%.

La perspective d'une diminution des rachats d'actifs par la Fed joue sur les cours du brut, certains intervenants craignant qu'elle se traduise par un ralentissement économique et, partant, de la demande.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant