Les Bourses européennes terminent en baisse

le
1
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, plombées par un regain d'inquiétude trouvant sa source dans la Grèce malgré l'impact positif de la multiplication des opérations de fusions-acquisitions avec notamment l'annonce de discussions entre Nokia et Alcatel-Lucent.

À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 36,06 points, soit 0,69%, à 5.218,06 points et le Dax allemand a reflué de 0,90%. L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 1,16% et le FTSEurofirst 300 a perdu 0,49%.

Parmi les grands indices, seul le Footsie britannique a terminé dans le vert avec un gain de 0,16%, grâce au rebond des ressources de base (+2,31%), plus forte hausse sectorielle du Stoxx 600.

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones et le S&P-500 évoluaient en légère hausse avec les bons résultats de JPMorgan Chase & Co et d'autres poids lourds de la cote. Le Nasdaq était en revanche en recul (-0,41%).

En Europe, le feuilleton grec marqué par un démenti d'Athènes sur un éventuel défaut de paiement a pesé sur le secteur bancaire européen, plus forte baisse du Stoxx 600 avec un repli de 1,22%.

Les valeurs bancaires grecques, elles, ont plongé de plus de 8,28% et le principal indice de la Bourse d'Athènes a perdu 2,24%.

L'euro n'a cependant pas été affecté par la Grèce et remonte au-dessus de la barre de 1,06 dollar, à 1,0668 (+0,95%), le billet vert réagissant à des ventes au détail qui n'ont pas répondu aux attentes, sans compter le Fonds monétaire international qui a revu en baisse ses prévisions de croissance des Etats-Unis.

Contre la tendance, le titre Alcatel-Lucent s'est envolé de plus de 16%, signant la meilleure performance du CAC 40 et du Stoxx 600, après l'annonce surprise d'un projet de fusion avec Nokia, dont l'action a perdu en revanche 3,6%.

Hors fusions-acquisitions, à Londres, les titres des groupes miniers BHP Billiton, Anglo American et Rio Tinto ont gagné respectivement 3,07%, 4,08% et 2,79%.

La hausse des cours du brut à 58,75 dollar (+1,31%) le baril de Brent permet aux valeurs pétrolières de figurer parmi les trois seuls secteurs en hausse du stoxx 600 avec les ressources de base et l'immobilier.

L'agence de notation Fitch voit le pétrole à 70 dollars le baril d'ici fin 2015 grâce notamment au ralentissement de la production américaine

(Avec Blaise Robinson, Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le mardi 14 avr 2015 à 18:51

    Les robots des banksters sont unanimes et interconnectés.....