Les Bourses européennes terminent en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, affaiblies par un courant de ventes sur les financières et les cycliques, par quelques résultats décevants et par le repli de Bayer et BASF sur des informations selon lesquelles les groupes chimiques allemands seraient tentés de racheter l'américain Monsanto.

À Paris, l'indice CAC 40 a fini en repli de 0,54% (23,40 points) à 4.293,27 points. Le Footsie britannique a perdu 0,95% et le Dax allemand 1,13%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,72% et le FTSEurofirst 300 0,58% après avoir gagné jusqu'à 0,9% en séance.

Aux valeurs, Bayer et BASF ont reculé de, respectivement, 4,85% et 2,10% en Bourse de Francfort sur des informations faisant état d'un intérêt des groupes chimiques pour le numéro un mondial des semences, Monsanto, qui prend 9,57% à Wall Street.

L'assureur néerlandais Aegon (-11,37% à 4,28 euros) a accusé la plus forte baisse de l'indice Stoxx 600 après que le groupe a annoncé un résultat trimestriel inférieur aux attentes, du fait notamment des piètres performances de ses activités américaines.

A Paris, Crédit agricole a perdu 4,91%, plus forte baisse du CAC, après des résultats en forte baisse au premier trimestre.

L'indice de l'énergie en Europe a pris 0,16%, figurant parmi les quelques hausses sectorielles du jour malgré le repli des cours du brut. Cela porte à près de 5,7% sa hausse depuis le début de l'année, meilleure performance derrière l'indice des matières premières (+7%) sur la période.

La tendance a été très volatile sur le marché du pétrole après sa forte progression de mercredi. Le Brent affiche une baisse de plus de 1% après avoir fluctué dans les deux sens et frôlé un pic de six mois à 48,50 dollars le baril, tandis que le brut léger américain perd 0,75% après avoir atteint son pic de novembre à 46,92 dollars le baril.

Le marché est pris entre, d'une part, l'impact positif des données de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) montrant un certain resserrement de l'offre et, d'autre part, la perspective d'une reprise de la production au Canada après l'incendie géant qui mis plusieurs exploitations à l'arrêt.

Sur le marché des changes, le dollar progresse face à un panier de devises(+0,26%), notamment par rapport au yen. Le billet vert, dopé par des spéculations selon lesquelles la Banque du Japon pourrait renforcer sa politique monétaire de soutien à la croissance, se traite à 108,80 yens, après un pic de deux semaines, à 109,39 en séance.

(Nigel Stephenson et Danilo Masoni, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant