Les Bourses européennes terminent en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé en baisse vendredi mais affichent une performance de haut vol sur l'ensemble du mois de janvier, stimulées par l'espoir que la décision de la Banque centrale européenne (BCE) d'injecter massivement des liquidités pour juguler le risque de déflation relance la croissance et que les résultats des sociétés s'améliorent.

À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 27,18 points, soit 0,59% à 4.604,25 points. Le Footsie britannique a perdu 0,90% et le Dax allemand 0,41%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,60% et le FTSEurofirst 300 0,55%.

L'indice vedette de la Bourse de Paris a gagné sur l'ensemble du mois 7,76%, sa meilleure performance mensuelle depuis octobre 2011. Le FTSEurofirst 300 et l'indice large Stoxx 600 de la zone euro ont atteint des pics de sept ans durant le mois. Le FTSEurofirst 300 gagné 7,2% sur l'ensemble du mois, sa meilleure performance mensuelle en trois ans.

"Après quatre années de déception renouvelée au niveau de la croissance, nous croyons que l'Europe est sur la voie d'un cycle haussier. Ce sera l'un des facteurs dominants conditionnant le retour sur investissement en Europe cette année," écrit Morgan Stanley dans une note publiée vendredi.

La tendance à Francfort a été soutenue par la hausse des ventes au détail en décembre à leur rythme annuel le plus élevé en deux ans et demi.

Au moment de la clôture en Europe, les marchés américains étaient dans le rouge, affectés par le fléchissement des valeurs liées à l'énergie et le PIB américain montrant un ralentissement de la croissance au quatrième trimestre.

La croissance de l'économie américaine a nettement ralenti au quatrième trimestre à 2,6%, le tassement de l'investissement des entreprises et le creusement du déficit commercial occultant la hausse de la consommation des ménages, la plus forte depuis 2006, montre la première estimation publiée vendredi.

Sur le plan sectoriel en Europe, la meilleure performance est revenue aux ressources de base, en hausse de 1,41%, tandis que les télécoms ont affiché le plus important repli (-1,27%).

Aux valeurs, le suédois SCA, fabricant de produits papetiers et d'hygiène, s'est adjugé 9,04% après des résultats trimestriels meilleurs que prévu.

En revanche, l'action Monte dei Paschi di Siena a perdu 7,83%. La banque envisage de porter le montant de son augmentation de capital à environ 3,5 milliards d'euros, un milliard de plus que ce qui était initialement prévu, ont dit deux sources au fait du dossier.

A Paris, ArcelorMittal a gagné 1,60%, pour prendre la tête du CAC 40. A l'opposé Orange, en recul de 2,95%, a signé la plus forte baisse de l'indice parisien.

Sur le marché obligataire, les rendements des obligations souveraines de la zone euro ont fléchi, malgré l'annonce d'une baisse plus forte que prévu de l'inflation en janvier, à 0,6%, un élément qui conforte la BCE dans sa politique d'assouplissement quantitatif (QE).

Sur le marché des changes, l'euro a poursuivi sa glissade à 1,1294 dollar (-0,22%), reflet des divergences d'orientation des politiques monétaires de la Fed et de la BCE.

Le Brent de la mer du Nord est remonté en revanche de 0,69%, se rapprochant du seuil des 50 dollars le baril, à 49,47, soutenu par un regain de violences en Irak.

(avec Blaise Robinson, Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant