Les Bourses européennes terminent dispersées, Paris gagne 0,42%

le
0
Les Bourses européennes terminent dispersées, Paris gagne 0,42%
Les Bourses européennes terminent dispersées, Paris gagne 0,42%

PARIS (Reuters) - Des indicateurs macro-économiques inférieurs aux attentes dans la zone euro et aux Etats-Unis ont fait reculer les marchés d'actions et l'euro mercredi, tandis que les obligations étaient plutôt recherchées. La clôture des marchés boursiers en Europe s'est toutefois opérée sur des tendances divergentes.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,42% ou 13,53 points, à 3.226,33 points. A Francfort en revanche, le Dax a reculé de 0,75%. A Londres, le Footsie a perdu 0,93%.

Aux valeurs, UBS a fini en hausse de 3,7%. La banque suisse a publié un bénéfice net trimestriel réduit de plus de moitié par une charge exceptionnelle mais les résultats solides de son activité phare de banque privée semblent de nature à conforter sa stratégie de recentrage.

BSkyB a gagné 1,5%. La première télévision payante britannique a publié mercredi un résultat opérationnel record sur les neufs premiers mois de son exercice, un nombre croissant de ses clients s'étant abonnés à ses services de téléphonie et de réseaux à haut débit.

Côté indicateurs, l'activité du secteur industriel dans la zone euro s'est de nouveau contractée en avril alors que le ralentissement dans les pays périphériques semble se propager à la France et l'Allemagne, selon les données définitives de l'enquête Markit auprès des directeurs d'achats.

Le taux de chômage en zone euro a atteint 10,9% en mars, son niveau le plus élevé en 15 ans, en raison notamment des hausses enregistrées en Italie et en Espagne.

Par ailleurs, les créations d'emplois dans le secteur privé le mois dernier aux Etats-Unis se sont révélées nettement inférieures aux attentes, selon les résultats de l'enquête mensuelle ADP. Il a été créé 119.000 emplois en avril, alors que le marché attendait 177.000 postes supplémentaires.

L'enquête ADP est considérée comme un indicateur avancé de la statistique mensuelle sur l'emploi dont les chiffres sont attendus vendredi. Les économistes interrogés par Reuters anticipent 170.000 créations de postes dans le privé et dans le public mais hors secteur agricole au mois d'avril après 120.000 nouveaux emplois nets annoncés en mars.

En outre, les commandes à l'industrie ont enregistré en mars aux Etats-Unis leur recul le plus marqué depuis trois ans en raison notamment d'une baisse de la demande d'équipements dans le secteur des transports.

L'euro est en baisse pour la troisième séance de suite face au dollar. Il a un moment touché 1,3121 dollar, son plus bas depuis plus d'une semaine.

Les cambistes attendent un éventuel signal de la BCE qui doit rendre jeudi sa décision de politique monétaire. Les incertitudes politiques liées aux élections en France et en Grèce pourraient ramener la devise européenne sous le seuil de 1,30 dollar.

La réunion ne devrait pas déboucher sur des décisions spectaculaires car les taux d'intérêt de la BCE sont déjà à leur plus bas historique et de nombreux responsables, en Allemagne et ailleurs dans la zone euro, estiment qu'il faut désormais attendre que les injections massives de liquidités des derniers mois fassent leur effet.

Danielle Rouquié avec Blandine Hénault pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant